Il m'a fallu

Trois ans pour m’apercevoir que
mes casseroles allaient directement
sur ma gazinière à induction.
J’ai eu un doute quand
ma sœur est venue et que
je lui ai expliqué avec un aimant
comment on faisait pour savoir
si une casserole allait ou pas
sur une plaque à induction.

Ce jour-là l’aimant que j’ai pris
fonctionna.
L’aimant que je prennais d’habitude,
n’aimante plus.
Je savais même pas que
cela pouvait arriver.

Partage

Avoir un billet de train

Pour rentrer en Gironde,
et enfin me sentir en vacances.
Départ ce soir à 16h43.
Les bestioles ont déjà leurs harnais.

Partage

Bretagne

Mes grands parents louaient
une maison à Le Bono.
Ma sœur Nanou et moi,
nous partions avec eux.

C’est un coin qui
m’est cher.
Il va falloir que
j’organise des vacances avec Nanou,
là-bas.

Partage

Il me faut rentrer

Rentrer dans mon village,
pour y accompagner une dernière fois,
mon frère.
Nous n’étions plus proches.
La mort de ma mère avait dissout
la fratrie.
La vie a fait le reste.
Ce qui nous restait de l’enfance aussi.

J’avais 9 ans de différence
avec lui.
Trop peu de souvenirs d’enfance où
il était présent, puisqu’il était peu à la maison.
Il m’a appris à siffler.
Il a fabriqué des lunettes
comme les miennes
à ma poupée du moment.

Il est mon frère.

Partage

Interrogations autour de la mort et la peur de celle-ci

Ma sœur s’est fait opérer d’un cancer.
J’ai réalisé qu’elle pouvait mourir.
Qu’est-ce qui peut me faire peur à ce point ?
Je sais que tout vivant est voué à mourir.

La mort d’un proche me renvoie
à la douleur du deuil.
Est-ce que c’est la peur
de ressentir à nouveau
une telle douleur
qui m’effraie ?
La peur de perdre ma sœur?

Je suis à un âge où
la mort risque d’être présente
de plus en plus.

Quand ma mère est morte,
j’ai compris que la mort faisait
partie de la vie.
Pourquoi ne pas l’accepter, alors ?
À chaque mort qui me touche,
une infime partie de moi meurt.
Est-ce que c’est qui cela qui me fait peur ? …

Partage

Joie

Je n’en éprouve aucune
à rentrer. Sauf celle de retrouver mon chezmoi.

Partage

Le mai des élus

Quand j’étais enfant on plantait
un mai pour chaque élu.
Il s’agissait d’un pin décoré d’une couronne.
Chez chaque élu, on faisait la fête.
Je me souviens de ceux de mon grand-père.
Cette tradition permettait de créer du lien,
bien que tout le village se connaisse.
Cela durait environ un mois et demi.
Cette période se terminait par le repas des conseillés.

Maintenant, on plante un arbre.
Pour cette fois-ci, un olivier a été planté.
Et à cette occasion, un buffet est servi.
Il s’agit aussi de créer du lien,
une nécessité. Des nouveaux se sont installés
dans le village. Une est même conseillère.
Le repas des conseillers existe
toujours sous la forme que je l’ai connu.

Si vous cliquez sur la photo, elle s’agrandit.

1399612520236p.jpg

Partage

Je dois tout faire

Trouver les cèpes;
les ramasser;
les nettoyer;
les cuisiner (pour la première fois);
et les déguster.

Partage

La beauté a un sexe

Elle sont belles mes chaussures de marche ?
Pour un homme, oui.

Mais la beauté n'est pas sexuée

Non, mais tes chaussures sont belles
que pour un homme !




Ps: discussion avec ma sœur.
Son éternel problème est que
je m'habille souvent avec
des vêtements d'homme.

Partage

Articles consultés récemment

Poignée

Si vous cliquez sur la photo, elle s’agrandit.

Les trains

Mon autre moyen de transport, ils sont à l’heure mais ils ont des temps d’arrêt très longs, par moment. Une invitation à la rêverie.

Faro

Déambuler, dans cette ville que je ne reconnais que par intermitence. Faire un billet en regardant le port. Me demander ce que je vais faire, me perdre mais encore ?

Tour Effeil vue de l'intérieur du musée du Quai Branly

Si vous cliquez sur la photo, elle s’agrandit.

Trottoir

Si vous cliquez sur la photo, elle s’agrandit.