Des petits riens

Grâce à l’idée d’Isaparis,
j’ai mis des graines de pavot,
dans mon gâteau.

Moment lumineux

Quand j’ai réalisé que
je pouvais faire ma compote
pomme, coing
demain, pendant une réunion teams.


366, un jeu remis au goût du jour par
Gilsoub

Oublier de

Écrire


366, un jeu remis au goût du jour par
Gilsoub

Princesses

Chats_p.jpg

366, un jeu remis au goût du jour par
Gilsoub

Sans pitié

La preuve que ce jeu
est synchro.


366, un jeu remis au goût du jour par
Gilsoub

Aujourd'hui raconté en recette de cuisine

C’était cramé.


366, un jeu remis au goût du jour par
Gilsoub

Le film dont vous êtes le héros

Celui que j’ai
dans la tête
mais pas tout le temps.


366, un jeu remis au goût du jour par
Gilsoub

Mal

Comme je suis migraineuse,
sujette aux tendinites,
j’en ai 3 en ce moment,
que j’ai
des problèmes récurrents
aux épaules.
Je pense que
la douleur s’apprivoise
jusqu’à un certain point.
C’est comme les insomnies,
il faut essayer que
ça ne bouffe pas la vie.


366, un jeu remis au goût du jour par
Gilsoub

J'attends

La neige.


366, un jeu remis au goût du jour par
Gilsoub

Transparences

Celles du gouvernement
dans sa gestion de la crise du covid ?


366, un jeu remis au goût du jour par
Gilsoub

À midi pile

Je devais avoir faim,
mais je ne me souviens plus
ce que je faisais.

Tentative de liberté

On m’a libéré de mes boules
et guirlandes.
On m’a tiré pour me mettre
avec des potes,en plein air.
Demain on s’évade.
En décembre, je ferai gaffe
pour ne pas me faire reprendre,
et à nouveau me retrouver
avec des guirlandes et des boules.


366, un jeu remis au goût du jour par
Gilsoub

une question lue quelque part

To be or not to be ?
Où j’ai bien pu lire ça ?


366, un jeu remis au goût du jour par
Gilsoub

Surprise

Hier soir de me retrouver
seule avec @Otir,
c’était sympa, nous avons papoté.
Surprise mais pas tant que ça,
avec ce qui c’était au Capitole,
à Washington.
Aujourd’hui, une infiltration
mais pas de surprise.

Acheté

J’ai acheté plein
de légumes au marché,
ce matin.
Comme j’ai dû aller
au bureau, j’ai pas eu,
le temps de
faire ma soupe.


366, un jeu remis au goût du jour par
Gilsoub

le plus petit des petits riens

Infiniment petit peut-être ?


366, un jeu remis au goût du jour par
Gilsoub

Bleue

Je suis bleue banane
d’avoir déjà mangé la moitié
de la couronne des Rois que
j’ai acheté, cet après-midi.
Faut que je trouve une solution à
ma capacité de manger sans faim,
et à ma capacité de trouver
du réconfort dans la nourriture.

Résolutions, révolutions

La meilleure résolution que
j’ai faite un jour est de
ne pas en faire.
Pour les révolutions,
elles sont peut-être en cours.

Petite violence

Même grande pour me mettre
au boulot aujourd’hui,
le télétravail ne va pas toujours
de soi.


366, un jeu remis au goût du jour par
Gilsoub

Du provisoire qui dure

Comme tout le reste.


366, un jeu remis au goût du jour par
Gilsoub

- page 1 de 8

Articles consultés récemment

Le Père Lachaise et moi

J'ai accepté de tester un jeu de piste pour une amie. Elle m'avait envoyé les fichiers avec les étapes à découvrir. Une fois imprimée, j'ai bien jeté un œil, j'ai bien vu le mot cimetière. Mais rien ne m'a fait réagir. Je monte un escalier, je me retrouve entourée de tombes. J'en vois partout. Je lis mes documents pour savoir vers où je dois me diriger. Je prends à gauche, des caveaux, la plupart sont vieux, oubliés, mal entretenus. Je fais un tour complet sur moi-même, des caveaux à perte de vue. Tous plus ou moins hauts, plus ou moins grands. Je me sens oppressée, une boule commence à obstruer ma gorge. Je dois sortir de là. Je me concentre sur l'allée où je suis, les arbres, les pavés. Une pierre tombale est écrite en chinois, plus loin sur la droite une en japonnais. Ces gens qui sont venus mourir si loin. Qu'est-ce que cela peut bien faire l'endroit où nous mourons ? La tristesse me submerge, aucune sortie n'est visible. Des caveaux qui ressemblent à véritables petites chapelles, des gens qui photographient, l'extérieur, l'intérieur. Je trouve cela morbide, déplacé, comme si l'intimité pouvait être volée même dans ce dernier lieu. Ils ne photographient pas un ensemble mais des détails. Je m'imagine bien le corps enterré dans une tombe horizontale, mais quand le caveau est vertical ? Je n'aime pas ces pensées lugubres qui prennent possession de moi. Un caveau neuf, fleuri, visité sur lequel est écrit Colette me rassure. J'en identifie la raison bien après être sortie. Le cimetière que je connais le plus, celui qui me bouscule le plus est celui de mon village. Il a une taille "humaine", toutes les personnes de ma famille que j'aimais y sont enterrées. La majorité des tombes me sont connues. Je suis ravagée d'émotions contradictoires, les rares fois où je m'y rends. Mais le fait d'avoir connus ces personnes me permet d'accepter d'être là. Je ne suis pas en visite touriste. Une chose est sûre, une fois morte, je veux que mes cendres soient dispersées à l'air libre. Je refuse qu'un monument impose à quelqu'un, un souvenir. Je vais très rarement au cimetière car le souvenir de ma mère est présent en moi.

Je repoussais

Je n’ai pas appelé ma tante, depuis que j’ai dû rentrer à Paris, pour Épi. Puis sa toxicité retardait de plus en plus mon appel. Aujourd’hui, j’ai accompli mon devoir familial. Ses propres défauts me furent reprochés. Je suis certaine que la méchanceté et l’amertume éloignent du bonheur.

Qui

Va éteindre ses lumières, ce soir ?

Ce matin

J’ai obvié au réveil très matinal de Fil, et au changement d’heure. J’ai aussi obvié à un cauchemar. Dans le futur appartement que j’espère avoir, il n’y avait pas de prise téléphonique, et pas d’internet, ce manque était insupportable. Ma participation aux Obsolètes à prise rapide