Dyptique 1

_MG_3744_u.jpg, oct. 2020
Assise à une terrasse,
buvant un café ;
que peut-on boire d’autre,
dans un café à Lisbonne,
à 10h du matin ?
J’avais remarqué sa tête burinée
par le soleil et le vent.
Il me faisait pensé à un berger
descendu de sa montagne.
Cela ne pouvait pas être le cas, ici.
Venait-il d’un vignoble, d’ici ou d’ailleurs ?
Je ne le saurai jamais.
Mon café terminé,
je me suis levée,
je suis allée payer au comptoir.
Puis je me suis perdue,
dans cette adorable ville.


https://open-time.net/post/2020/10/03/Dyptique-de-l-Auberge-1
Le jeu de Franck Paul

Articles consultés récemment

Ustensible

De cuisine, chez moi, c’est disproportionné, avec le nombre de fois où je fais la cuisine. J’en ai plein, pourtant je fais peu la cuisine.

Ça me fout une peur bleue

Cette guerre me fout une peur bleue, irrationnelle. Ce n’est pas la première que je vis en Europe. Mais, c’est la première que je connais impliquant la Russie et tout l’imaginaire qui en découle.

Frou-frou

Un grand écart avec un frou-frou sur les fesses me laisse émerveillée. Je ne suis pas restée indifférente à la gymnastique avec un ballon

Je ne fraude pas, mais

Je ne paie pas le bus. Quand j’ai voulu aller à Cambridge. Je me suis achetée, avec l’aide d’une dame à qui j’ai demandé de l’aide, qui est allée chercher l’employée du métro. Cette dernière m’a tout expliquer. J’ai acheté une Charlie card. Je l’ai rechargée pour 2 voyages. Ma carte est vide, mais quand je prends le bus que j’explique qu’il faut que je recharge, dans le bus c’est qu’en cash, j’essaie de mettre un billet de 1$, même avec le chauffeur, ça ne marche pas. Soit le chauffeur me fait signe d’aller m’asseoir, soit il me le dit. J’ai payé le bus qu’une fois, plein tarif quand je me suis trompée de sens. Pour revenir sur mes pas, il manquait 7 cents, la chauffeuse m’a dit de m’asseoir.