Flash■11

Appuyée contre la porte.
Le métro roule aussi vite que mes rêves.
La porte s’ouvre.
Mon rêve est stoppé.

Flash■8

Dans un camion de police,
à côté du palais de justice,
le policier mange à même une boîte.
Je passe devant le camion,
je vois une femme assise avec les menottes,
à côté d’elle, un jeune homme.

Flash■7

À la station Montparnasse,
sur le quai de la ligne 13,
deux jeunes qui ont moins
de la moitié de mon âge
dorment dans des sacs de couchage.

Une troisième place est vide.
Pourtant elle a dû être occupée.
À côté de chaque place,
occupée ou non, se trouve
une peluche.

Flash■6

Vroum, vroum le bruit est impressionnant.
Le véhicule est caché par la pile du pont.
Le père de famille et ses deux garçons parient sur une Ferrari ou une Porshe.
La voiture passe devant nous. Il s'agit d'une poubelle
dont le parechoc tient avec une ficelle.

Flash■5

Parc du Luxembourg,
un coureur tombe à quelques mètres de moi,
personne ne lui demande s'il s'est fait mal.
Il se relève, continue à courir.

Flash■4

En face de moi, dans la rue
arrive un homme.
Il est vêtu d'une veste de costume gris foncé
et d'un pull col roulé de la même couleur.

Des bottes, en cuir noir sur des jambières
de la même couleur.
Une jupe en jean mi-cuisse
vient finir de l'habiller.

Flash■3

Deux cygnes, leurs longs cous
en avant, passent de concert
sous le pont de Sully.

Flash■2

Des phares au loin,
le bus n'avance pas.
On passe à côté de l'accident.
Les pompiers et le SMUR interviennent.
Le visage de cette femme africaine hagard.,
le bus me transporte ailleurs
chez moi.

Flash■1

Je me trouvais sur le trottoir
en face de Juissieux.
Un homme qui devait avoir mon âge,
me laissa passer, puis m'ébourrifa
les cheveux en disant :
« c'est pas bien ce que tu as fait là. »
Cela m'a fortement intriguée
parce que je n'ai pas compris son geste.

Articles consultés récemment

Dimanche 49

Si vous cliquez sur la photo, elle s’agrandit.

Suicide

J’ai parlé du suicide. Et je me suis aperçue que beaucoup avait connu cette situation. Il y a 7 ans, je l’avais mieux digéré. C’est dur d’accepter que c’est sa décision.

Une affiche qui sert

Plusieurs fois, je l’avais entendu lui hurler dessus. On s’inquiétait, avec les voisines. On a mis l’affiche contre les violences conjugales. Hier soir, on avait une réunion de notre association de résidents, une nous a appris qu’elle avait porté plainte. Il n’aurait plus le droit de l’approcher.