Je repoussais

Je n’ai pas appelé ma tante,
depuis que j’ai dû rentrer à Paris,
pour Épi.
Puis sa toxicité
retardait de plus en plus
mon appel.
Aujourd’hui, j’ai accompli
mon devoir familial.
Ses propres défauts me furent reprochés.
Je suis certaine que
la méchanceté et l’amertume éloignent du bonheur.

Réveille-matin

Fil s’est reconvertie
en réveille- matin
au réglage aléatoire.

En plus il faut sourire

J’étais devant un passage clouté.
Une voiture me laisse passer.
Ce que je fais.
Une fois que j’avais traversé,
j’entends : “tu pourrais sourire au moins”.

Détails de l'attente

M’occuper est le maître mot.
Je ne suis pas capable de faire grand chose.
Ménage, faire des compotes,
regarder des séries.
J’en ai trouvé une de circonstance :
le dernier mot.

Ustensiles

Je mange dans un restaurant japonais,
tenu par des coréens.
Je prends les baguettes.
À 2 tables, en face de moi,
une personne du taff.
Il mange avec une fourchette.

Difficile de gérer les 2 en même temps

Je pars voir combien de temps,
il me faut pour aller à l’hôpital Pompidou à pied.
Demain matin, j’y passe ma scintigraphie.
C’st à peine à 15 minutes de chez moi.
Je continue ma balade.
Une envie de pipi effroyable me prend.
Une crise d’angoisse monte.
J’étais ravie de rentrer.

Je n'ai pas de réponse

J’ai appris, suite à un scanner coronarien,
que j’avais un risque élevé
d’un événement coronarien.
Ce n’est pas une surprise,
vu le nombre de morts
par crise cardiaque dans la famille.
Là, c’est officiel.
Écrit noir sur blanc.
J’ai un autre exam pour
être plus précis.
Comme il s’agit d’un problème héréditaire,
je préviens 2 de mes sœurs.
La première que j’ai eu au téléphone,
m’a presque engueulée,
en me disant :
“tu aimes bien les docteurs, toi”!
La seconde : “à force de chercher
on trouve”.
Il s’agit de très courts extraits
de nos conversations.
Mais aucune ne semblait pressée
de voir son médecin pour ça.
Aucune ne m’a demandé
comment je le vivais…
“Une relation est une co-construction”,
comme le dit Despentes.
Je me suis demandée
ce que j’avais loupé
dans ma part de la construction
pour avoir de telles réactions.

Merde

J’avais une prise de sang à faire.
Comme en août,
les horaires de ce labo changent.
J’avais une demie heure
d’avance, à jeun.
Il a fallu me piquer
au bras gauche et au bras droit.
J’ai eu un malaise.
Je rentre chez moi,
je me change.
Je sens une décharge électrique.
Lumbago.
Un appel, il faut refaire
la prise de sang.

Dimanche 127

S_p.jpg

Ça fait

Une semaine que
j’essai de régler
le thermomètre de mon aquarium,
sans réussir.
Il était débranché !

Village

Il m’a été reproché de voter dans mon village,
plutôt qu’à Paris où j’habite.
Quand j’ai expliqué que
mon village m’était important.
J’y suis née.
Cette explication n’a pas été convaincante.
Mon village est mes racines.
J’y ai ma famille.
Mes morts aussi.
Je peux dire où je suis née à 5 cm près.
Je peux dire où mes morts sont morts à 5 cm près.
A Paris, je suis une expatriée.
Voter dans mon village tant que ma sœur,
et la maire actuelle sont au conseil, fait sens pour moi.
Voter à Paris pas encore.
J’ai encore besoin de ce lien.

Même si pour ces élections,
il y a eu un énorme couac.

Une affiche qui sert

Plusieurs fois, je l’avais entendu
lui hurler dessus.
On s’inquiétait, avec les voisines.
On a mis l’affiche
contre les violences conjugales.
Hier soir, on avait une réunion
de notre association de résidents,
une nous a appris
qu’elle avait porté plainte.
Il n’aurait plus le droit de l’approcher.

Tout va bien

J’étais tranquille, assise
à l’ombre des platanes,
en train de boire mon coca zéro.
Et pouf, un œuf de pigeon
est tombé sur la table à côté.
J’avais jamais vu ça.

Je cherche à suivre mon tgv,
en temps réel,
je rentre le numéro de train.
Réponse : ce train ne circule pas
aujourd’hui.
Mais je suis dedans,
je rentre !

Entendre encore ça

Au 21ième siècle :
” une femme est faite pour
procréer”.
J’étais choquée.

Rêve masqué

J’ai rêvé que je sortais
sans masque.
Ça m’en a réveillé.

Plus de train pour Dreux

Quand je me suis décidée
à aller à Dreux.
J’ai pris un billet de train.
Quelle ne fût pas ma surprise,
quand j’ai vu qu’à partir de Chartres,
c’était un bus !
Si j’avais su,
j’y serais allée quand
j’étais à Chartres.
Mais comme j’entretiens
des relations ambiguës
avec la géographie,
et pire encore avec l’orientation.
Je ne l’ai pas fait.

Bref, j’arrive en gare de Chartres. Aucuns panneaux qui indiquent
la gare routière.
Je sors mon smartphone.
Je cherche l’Application qui
me permet de ne pas me perdre.
Rien !
J’en arrive même à me demander
si cette gare routière existe.
J’ai dû aborder des gens pour
leur demander s’ils étaient du coin.
Et s’ils connaissaient la gare routière.
Non, leur ignorance sur ce sujet
ne me stressait pas du tout !
Une commerçante m’a dit d’aller
tout droit, de passer un pont,
et que ça devait être par là.
Des explications aussi vagues,
plus des gens avec de légers bagages
ont fait que j’ai eu mon bus.
En courant, quand même.

Je me dis qu'il vaut mieux jouer de la flute

Une femme transporte
une petite harpe,
dans le métro.

Illustration du billet précédent

Si vous cliquez sur la photo, elle s’agrandit.

Illustration_p.jpg

Une page professionnelle se tourne

Le premier septembre, je commence
un nouveau travail. Je reste dans la même boite.
Cet après-midi, j’ai envoyé
un mail de remerciement à toutes les personnes qui
m’avaient apporté leurs aides
lors de mes trois derniers postes.
Plein d’émotion.

Il y a 32 ans

Il y a 32 ans mourait ma mère.
Mon monde s’effondrait.
Il y a quelques jours,
la mère d’une amie mourait aussi violemment.
Son monde est effondré.
Je m’inquiète sur ma capacité à
l’aider, tellement cette similitude me heurte.

- page 1 de 15

Articles consultés récemment

Qui

Va éteindre ses lumières, ce soir ?

Ce matin

J’ai obvié au réveil très matinal de Fil, et au changement d’heure. J’ai aussi obvié à un cauchemar. Dans le futur appartement que j’espère avoir, il n’y avait pas de prise téléphonique, et pas d’internet, ce manque était insupportable. Ma participation aux Obsolètes à prise rapide

Parfumé

Hier, pendant l’espace game dans la Samaritaine, on nous a donné un petit carton imprégné d’un parfum de Guerlain. En rentrant, je l’ai posé sur ma table, dans ma pièce à vivre. Depuis, je sens. C’est très agréable.

La poésie des noms des rues de Paris

La rue de la Fidélité n’est pas loin du passage du désir.