Dimanche 127

S_p.jpg

Ça fait

Une semaine que
j’essai de régler
le thermomètre de mon aquarium,
sans réussir.
Il était débranché !

Village

Il m’a été reproché de voter dans mon village,
plutôt qu’à Paris où j’habite.
Quand j’ai expliqué que
mon village m’était important.
J’y suis née.
Cette explication n’a pas été convaincante.
Mon village est mes racines.
J’y ai ma famille.
Mes morts aussi.
Je peux dire où je suis née à 5 cm près.
Je peux dire où mes morts sont morts à 5 cm près.
A Paris, je suis une expatriée.
Voter dans mon village tant que ma sœur,
et la maire actuelle sont au conseil, fait sens pour moi.
Voter à Paris pas encore.
J’ai encore besoin de ce lien.

Même si pour ces élections,
il y a eu un énorme couac.

Une affiche qui sert

Plusieurs fois, je l’avais entendu
lui hurler dessus.
On s’inquiétait, avec les voisines.
On a mis l’affiche
contre les violences conjugales.
Hier soir, on avait une réunion
de notre association de résidents,
une nous a appris
qu’elle avait porté plainte.
Il n’aurait plus le droit de l’approcher.

Tout va bien

J’étais tranquille, assise
à l’ombre des platanes,
en train de boire mon coca zéro.
Et pouf, un œuf de pigeon
est tombé sur la table à côté.
J’avais jamais vu ça.

Je cherche à suivre mon tgv,
en temps réel,
je rentre le numéro de train.
Réponse : ce train ne circule pas
aujourd’hui.
Mais je suis dedans,
je rentre !

Entendre encore ça

Au 21ième siècle :
” une femme est faite pour
procréer”.
J’étais choquée.

Rêve masqué

J’ai rêvé que je sortais
sans masque.
Ça m’en a réveillé.

Plus de train pour Dreux

Quand je me suis décidée
à aller à Dreux.
J’ai pris un billet de train.
Quelle ne fût pas ma surprise,
quand j’ai vu qu’à partir de Chartres,
c’était un bus !
Si j’avais su,
j’y serais allée quand
j’étais à Chartres.
Mais comme j’entretiens
des relations ambiguës
avec la géographie,
et pire encore avec l’orientation.
Je ne l’ai pas fait.

Bref, j’arrive en gare de Chartres. Aucuns panneaux qui indiquent
la gare routière.
Je sors mon smartphone.
Je cherche l’Application qui
me permet de ne pas me perdre.
Rien !
J’en arrive même à me demander
si cette gare routière existe.
J’ai dû aborder des gens pour
leur demander s’ils étaient du coin.
Et s’ils connaissaient la gare routière.
Non, leur ignorance sur ce sujet
ne me stressait pas du tout !
Une commerçante m’a dit d’aller
tout droit, de passer un pont,
et que ça devait être par là.
Des explications aussi vagues,
plus des gens avec de légers bagages
ont fait que j’ai eu mon bus.
En courant, quand même.

Je me dis qu'il vaut mieux jouer de la flute

Une femme transporte
une petite harpe,
dans le métro.

Illustration du billet précédent

Si vous cliquez sur la photo, elle s’agrandit.

Illustration_p.jpg

Une page professionnelle se tourne

Le premier septembre, je commence
un nouveau travail. Je reste dans la même boite.
Cet après-midi, j’ai envoyé
un mail de remerciement à toutes les personnes qui
m’avaient apporté leurs aides
lors de mes trois derniers postes.
Plein d’émotion.

Il y a 32 ans

Il y a 32 ans mourait ma mère.
Mon monde s’effondrait.
Il y a quelques jours,
la mère d’une amie mourait aussi violemment.
Son monde est effondré.
Je m’inquiète sur ma capacité à
l’aider, tellement cette similitude me heurte.

Je suis pas encore prête

Ce matin, je vais au marché.
Il n’y avait plus le film plastique
qui protégeait les vendeurs.
Les gens n’avaient plus de masques.
Sur le coup, j’étais étonnée,
pas rassurée.

Je me suis fait tester

Il y avait un dépistage organisé
pas loin de chez moi.
Après maintes hésitations,
j’ai décidé d’y aller.
Je me retrouve face à quelqu’un qui
me parle pour m’expliquer la marche à suivre.
Je ne l’écoute plus,
son masque est sous son nez.
Elle me parle et je ne suis pas sûre
d’être à plus 1m d’elle.
La seule chose que je suis capable
de lui dire est : votre masque est sous votre nez.
Sa collègue aperçoit mon “malaise”.
Elle me dit de rejoindre la file.
Je me suis levée.
Et j’ai attendu mon tour pour le médecin.
Ensuite le test de la goutte sur le doigt,
puis le test, dans le nez,
fortement désagréable.
Les résultats de la goutte de sang
sont négatifs.
Les autres, je les aurai mardi.
S’ils sont positifs,
je serai appelé avant.

Take a walk on the wild side

Une marque de bagnoles a choisi
cette chanson de Lou Reed
pour sa pub.
À chaque fois que je la vois
j’ai un goût amer.

Mon sommeil se barre

C’est quand j’en aurai le plus besoin
qu’il s’enfuit, et laisse place aux insomnies.

Passant, souviens-toi de son nom.

Si vous cliquez sur les photos, elles s’agrandissent.

Collage_p.jpg


Double_p.jpg


Autonomie

En voyant ma tante,
je me dis que ce qui
me fait le plus peur en vieillissant,
c’est la perte d’autonomie.

En commun

Dans transport en commun,
certain ne comprenne pas commun.

Féminicides

Affichage dans le quartier de Pigalle.

Feminicidea_p.jpg



Feminicideb_p.jpg


Si vous cliquez sur les photos, elles s’agrandissent.

- page 1 de 15

Articles consultés récemment

Ce matin

J’ai obvié au réveil très matinal de Fil, et au changement d’heure. J’ai aussi obvié à un cauchemar. Dans le futur appartement que j’espère avoir, il n’y avait pas de prise téléphonique, et pas d’internet, ce manque était insupportable. Ma participation aux Obsolètes à prise rapide

Dimanche 120

Si vous voulez savoir qui a écrit ce poème cliquez sur l’image.

Billet à la Mirovinben

Ça pousse. Ptit clin d’œil.