Rencontre

Le covid m’a permis
cette belle rencontre.
Il y a quelques jours,
elle m’a appelé pour me dire
que le lendemain,
elle se faisait opérer.
Ce matin, j’ai appris
que je ne la verrai plus.

Retrouver

Une crise d’angoisse m’a fait croire
que je ne retrouverai plus où
avec Isaparis,
le 2 janvier, j’ai déposé
les cendres d’Épi.
Ce matin, j’y suis retournée.
J’ai retrouvé l’endroit,
précisément !
Je l’ai marqué sur mon GPS.
J’ai noté beaucoup détails.
J’ai retrouvé,
Je saurai y retourner.

C'est une belle journée

C’est une belle journée
pour aller avec Isaparis
disperser les cendres d’Épi.

Mes vœux

A_p.jpg

Mais pourquoi

Mais pourquoi a-t-on
tant de mal à accepter la mort,
bien que l’on sache
qu’elle soit inévitable ?

Plus jamais

Je n’écrirai de billets
dans cette catégories.
Je récupère Epi, ce matin,
pour qu’elle passe un moment
chez elle.
Puis.

Alors comment dire

Le pass sanitaire,
les gens s’en tamponnent,
juste pour l’hôpital, peut-être,
pour aller voir un proche.
Pour eux, ils pensent que les urgences suffisent.

Tout va bien

Entre ceux qui croient que
le covid ne va pas les atteindre,
donc pas besoin du vaccin.
Et ceux qui croient que comme
ils sont vaccinés,
ils sont plus besoin du masque,
et encore moins de gestes barrière.
On risque l’avoir encore
un long moment.

Pas ici, qu'ils pensent !

On est allées à un vide-grenier.
Vu le temps,
c’était dans un hangar fermé.
Nous étions les seules
à porter un masque correctement.
Beaucoup ici,
dans le nord Gironde et Dordogne,
pensent que le covid,
c’est que dans les villes.
Les villages en seraient épargnés.
Sans compter tous ceux
qui ne sont pas vaccinés.

Je me demande souvent pourquoi

Mon salaire ne suffit
à combler mes envies.

Pas avec elle

On parlait voyage,
à la cantine.
Ma collègue me racontait,
qu’une fois, dans un avion,
elle a rencontré des sud-africains,
et elle leur a expliqué
tout ce qu’ils devaient visiter
à Paris :
Disney, le parc Astérix.
Je suis sûre de ne pas faire
de tourisme avec elle.

Masque

Sue le quai du métro,
je trouvais que cette jeune femme se tenait bizarrement,
ses mains en permanence devant la bouche,
je me suis aperçue qu’elle n’avait pas de masque.
Je suis allée la voir,
je lui en ai donné un,
j’en ai toujours dans mon sac à dos.
Plus d’un an après,
on peut oublier son masque.

Difficile de gérer les 2 en même temps

Je pars voir combien de temps,
il me faut pour aller à l’hôpital Pompidou à pied.
Demain matin, j’y passe ma scintigraphie.
C’st à peine à 15 minutes de chez moi.
Je continue ma balade.
Une envie de pipi effroyable me prend.
Une crise d’angoisse monte.
J’étais ravie de rentrer.

A chacun nos petites manies

Ce matin, je suis allée au labo
pour me faire faire une prise de sang.
J’observais les gens.
Ceux qui mettent leur carte vitale
dans la poche de leur jean,
ceux qui la mette dans une pochette…
Ceux qui arrivent avec leur ordonnance pliée en 4,
ceux qui l’ont dans une chemise
bien rangée.
Ma manie est de bien rangée
ma carte vitale, et aussi
mon ordonnance,
en plus, je me force à penser
à autre chose. J’ai une phobie
du sang et des piqures.

Merde

J’avais une prise de sang à faire.
Comme en août,
les horaires de ce labo changent.
J’avais une demie heure
d’avance, à jeun.
Il a fallu me piquer
au bras gauche et au bras droit.
J’ai eu un malaise.
Je rentre chez moi,
je me change.
Je sens une décharge électrique.
Lumbago.
Un appel, il faut refaire
la prise de sang.

Ma crise de la soixantaine bis

Ce matin, je me suis
réveillée
avec une envie
de voir un porno.

Je n’ai jamais eu envie
de voir un porno à n’importe
quelle heure du jour ou de la nuit.
Ça m’est déjà arrivé d’en voir,
des hétéros, j’ai trouvé ça
dégueulasse avec toujours
un relent de domination masculine ;
des lesbiens, si mal faits
que ça se voyait,
qu’ils étaient destinés
à des mecs hétéros ;
des gays les moins choquants,
les mieux construits.

Première fois

Que je faisais scanner
le fameux QR code que
j’ai obtenu après la deuxième dose
de vaccin.
J’ai pu rentrer à la MEP.

Dimanche 127

S_p.jpg

Ça fait

Une semaine que
j’essai de régler
le thermomètre de mon aquarium,
sans réussir.
Il était débranché !

Un nouvel humain est né

Il est sélectionneur
de l’équipe de france de foot,
et
spécialiste covid.

- page 1 de 19

Articles consultés récemment

Le Père Lachaise et moi

J'ai accepté de tester un jeu de piste pour une amie. Elle m'avait envoyé les fichiers avec les étapes à découvrir. Une fois imprimée, j'ai bien jeté un œil, j'ai bien vu le mot cimetière. Mais rien ne m'a fait réagir. Je monte un escalier, je me retrouve entourée de tombes. J'en vois partout. Je lis mes documents pour savoir vers où je dois me diriger. Je prends à gauche, des caveaux, la plupart sont vieux, oubliés, mal entretenus. Je fais un tour complet sur moi-même, des caveaux à perte de vue. Tous plus ou moins hauts, plus ou moins grands. Je me sens oppressée, une boule commence à obstruer ma gorge. Je dois sortir de là. Je me concentre sur l'allée où je suis, les arbres, les pavés. Une pierre tombale est écrite en chinois, plus loin sur la droite une en japonnais. Ces gens qui sont venus mourir si loin. Qu'est-ce que cela peut bien faire l'endroit où nous mourons ? La tristesse me submerge, aucune sortie n'est visible. Des caveaux qui ressemblent à véritables petites chapelles, des gens qui photographient, l'extérieur, l'intérieur. Je trouve cela morbide, déplacé, comme si l'intimité pouvait être volée même dans ce dernier lieu. Ils ne photographient pas un ensemble mais des détails. Je m'imagine bien le corps enterré dans une tombe horizontale, mais quand le caveau est vertical ? Je n'aime pas ces pensées lugubres qui prennent possession de moi. Un caveau neuf, fleuri, visité sur lequel est écrit Colette me rassure. J'en identifie la raison bien après être sortie. Le cimetière que je connais le plus, celui qui me bouscule le plus est celui de mon village. Il a une taille "humaine", toutes les personnes de ma famille que j'aimais y sont enterrées. La majorité des tombes me sont connues. Je suis ravagée d'émotions contradictoires, les rares fois où je m'y rends. Mais le fait d'avoir connus ces personnes me permet d'accepter d'être là. Je ne suis pas en visite touriste. Une chose est sûre, une fois morte, je veux que mes cendres soient dispersées à l'air libre. Je refuse qu'un monument impose à quelqu'un, un souvenir. Je vais très rarement au cimetière car le souvenir de ma mère est présent en moi.

Je repoussais

Je n’ai pas appelé ma tante, depuis que j’ai dû rentrer à Paris, pour Épi. Puis sa toxicité retardait de plus en plus mon appel. Aujourd’hui, j’ai accompli mon devoir familial. Ses propres défauts me furent reprochés. Je suis certaine que la méchanceté et l’amertume éloignent du bonheur.

Qui

Va éteindre ses lumières, ce soir ?

Ce matin

J’ai obvié au réveil très matinal de Fil, et au changement d’heure. J’ai aussi obvié à un cauchemar. Dans le futur appartement que j’espère avoir, il n’y avait pas de prise téléphonique, et pas d’internet, ce manque était insupportable. Ma participation aux Obsolètes à prise rapide