Mes grandes réflexions

Fil des billets - Fil des commentaires

Le prix de mon propre travail

Je disais à une amie que
quand je faisais ma compote de pomme,
cela me revenait à 2€74 le kilo.
En magasin, comme j’achète
de la compote bio,
elle me coute 5€75 le kilo.
Elle me répondit que
je n’avais pas compté
mon travail.
C’est vrai lorsque l’on fait
quelque chose, on ne compte
jamais son propre travail.

Électrique

Vaut mieux être entouré,
par des gens positifs,
avec les annonces
des coupures électriques.
C’est à celui ou celle qui
décrit le mieux sa politique catastrophe.
On sait tous qu’il risque
y avoir des couacs.
Alors pourquoi en rajouter
si ce n’est pour faire peur
aux gens.

Déjà que je n'aimais plus le foot bis

Je ne suis toujours pas
l’équipe de France.
L’équipe du Danemark défend
plus de valeur à les yeux.

Ça passe aussi par la bouffe

Je parle très rarement
de mon taff, ici.
Aujourd’hui, on a eu droit
à un super ptit dej,
puis à un déjeuner,
dans un très sympa restau.
Il nous fallait bien ça,
pour avaler les non remplacements
des départs qui vont avoir lieu.

Déjà que je n'aimais plus le foot

Maintenant, je vais préférer
les équipes anglaise et allemande.

Evolution

Je n’ai évolué que
grâce aux personnes
que j’ai rencontré.

Ça va être top noël, cette année

Avec les économies d’énergie
obligatoires,
il ne devrait y avoir aucune déco
qui clignote.
Ce que le changement climatique
ne sera pas arrivé à faire,
une guerre si.
Autrement dit, y a que le pognon
qui fait bouger les choses.

Le prix des choses

J’avais besoin de me remettre
de mes émotions.
Je me suis offert
une glace.
Je l’ai payé 5€90.
Je me suis dit qu’à
1 euro près,
c’est le prix d’un repas à la cantine.

J'avais pas fait

Mes vitres pendant
plus d’un an.
Je trouve que ça donne
un coup de peps.
Bon depuis, la tempête est passée.

Pas avec elle

On parlait voyage,
à la cantine.
Ma collègue me racontait,
qu’une fois, dans un avion,
elle a rencontré des sud-africains,
et elle leur a expliqué
tout ce qu’ils devaient visiter
à Paris :
Disney, le parc Astérix.
Je suis sûre de ne pas faire
de tourisme avec elle.

Je me suis dit

En me promenant,
j’ai vu une personne très âgée,
assise à côté d’une personne
qui semblait avoir mon âge.
Elles papotaient.
Je me suis dit que
cette scène,
cela pourrait être moi,
plus tard.

A chacun nos petites manies

Ce matin, je suis allée au labo
pour me faire faire une prise de sang.
J’observais les gens.
Ceux qui mettent leur carte vitale
dans la poche de leur jean,
ceux qui la mette dans une pochette…
Ceux qui arrivent avec leur ordonnance pliée en 4,
ceux qui l’ont dans une chemise
bien rangée.
Ma manie est de bien rangée
ma carte vitale, et aussi
mon ordonnance,
en plus, je me force à penser
à autre chose. J’ai une phobie
du sang et des piqures.

J'anticipe sur la météo

J’ai basculé mon armoire hivernale,
en armoire estivale.

Ma crise de la soixantaine

Comme toutes mes grandes crises,
je les fais en avance.
J’ai réalisé en parlant à des ami⸱es
que j’avais peur de mes 60 ans à venir,
comme si à 60 ans tout s’arrête.
La fin de ma vie.
Cela est fou, je sais.
Mon premier cap a passé a été 53 ans,
l’âge auquel ma mère est morte.
60 ans est l’âge que ni père, ni mon frère ont passé.

Jamais dans la rue

J’attendais un ami.
Une personne avec un gilet CARE,
m’aborde, elle voulait
2 minutes de mon temps.
Je lui dit :
jamais dans la rue.
Elle me demande s’il y a moyen de changer,
d’évoluer.
J’ai acquiescé et ajouté
oui, mais jamais dans la rue.

Quel con

En allant me balader,
j’aperçois, bien ranger contre un arbre,
des objets qui manifestement
sont déposé là, plus pour être donné
que pour être jeté.
En rentrant, je m’aperçois
qu’un chien avait pissé dessus.
Mais quel con !
Le propriétaire du chien plus
que le chien.

3 jours

Que je ressasse des trucs que
j’ai fait,
j’ai dit,
dont je ne suis pas du tout fière.

Trajet

Ils sont optimistes 4 jours et 7h
à pied entre mon village et Paris.

Trajet.jpg, nov. 2020

Rappel bloguesque

Hier, je descendais une rue,
devant moi, un couple.
Une châtain aux cheveux mi-long,
l’autre aux cheveux crépus.
Je ne sais pourquoi,
un rappel en arrière,
je suis revenue des années en avant.
Quand je lisais le blog d’Alice.

Je suis une exploiteuse

D’habitude quand j’ai trop de crevettes,
pour éviter la surpopulation,
je les donne.
Là, je les ai vendues.
D’où cette sensation de les exploiter.
J’en ai vendu 40,
J’en rachète 10.
Je fais ça aussi tous les ans,
pour qu’elles restent
bien rouge et en forme.

- page 1 de 17

Articles consultés récemment