Il me faut rentrer

Rentrer dans mon village,
pour y accompagner une dernière fois,
mon frère.
Nous n’étions plus proches.
La mort de ma mère avait dissout
la fratrie.
La vie a fait le reste.
Ce qui nous restait de l’enfance aussi.

J’avais 9 ans de différence
avec lui.
Trop peu de souvenirs d’enfance où
il était présent, puisqu’il était peu à la maison.
Il m’a appris à siffler.
Il a fabriqué des lunettes
comme les miennes
à ma poupée du moment.

Il est mon frère.

Partage

Commentaires

1. Le samedi 5 septembre 2015, 23:15 par Gilsoub

Pensées…

2. Le dimanche 6 septembre 2015, 07:38 par mirovinben

Condoléances…

3. Le dimanche 6 septembre 2015, 08:09 par Anthom

J’étais étonnée de l’absence de billets ces deux derniers jours…
Je pense très fort à toi…

4. Le dimanche 6 septembre 2015, 08:12 par samantdi

Même si vous n’étiez plus très proches, il reste ton frère pour toujours, et l’avoir perdu est une tristesse.

Je t’embrasse bien fort et je pense à toi et au temps qui passe et emporte tout. Profitons de chaque moment de vie autant que nous le pouvons.

5. Le dimanche 6 septembre 2015, 08:33 par Franck

Je t’embrasse !

6. Le lundi 7 septembre 2015, 08:37 par charlottine

Affectueuses pensées; je t’embrasse.

7. Le lundi 7 septembre 2015, 13:37 par Cunégonde

Merci à tous.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.banalitescunegonde.fr/trackback/1837

Fil des commentaires de ce billet

Articles consultés récemment

Les ptits détails

Les trois prochains billets sont des photos de détails de choses qui font que j’apprécie le Portugal. Cette liste n’est pas exhaustive.

Crevettes

J’ai encore mis une annonce pour donner des crevettes.

Est-ce qu'un jour

On a l’âge qu’on a ?

Eau_p.jpg

Dimanche 85

Si vous cliquez sur la photo, elle s’agrandit.

À vos doigts

Je ne vais pas causailler. J’irai droit au but. J’aurai la réponse pour l’appart vendredi. La commission se tient jeudi. Croisez les doigts, pas jusqu’à la crampe mais quand même.