Il me faut rentrer

Rentrer dans mon village,
pour y accompagner une dernière fois,
mon frère.
Nous n’étions plus proches.
La mort de ma mère avait dissout
la fratrie.
La vie a fait le reste.
Ce qui nous restait de l’enfance aussi.

J’avais 9 ans de différence
avec lui.
Trop peu de souvenirs d’enfance où
il était présent, puisqu’il était peu à la maison.
Il m’a appris à siffler.
Il a fabriqué des lunettes
comme les miennes
à ma poupée du moment.

Il est mon frère.

Partage

Commentaires

1. Le samedi 5 septembre 2015, 23:15 par Gilsoub

Pensées…

2. Le dimanche 6 septembre 2015, 07:38 par mirovinben

Condoléances…

3. Le dimanche 6 septembre 2015, 08:09 par Anthom

J’étais étonnée de l’absence de billets ces deux derniers jours…
Je pense très fort à toi…

4. Le dimanche 6 septembre 2015, 08:12 par samantdi

Même si vous n’étiez plus très proches, il reste ton frère pour toujours, et l’avoir perdu est une tristesse.

Je t’embrasse bien fort et je pense à toi et au temps qui passe et emporte tout. Profitons de chaque moment de vie autant que nous le pouvons.

5. Le dimanche 6 septembre 2015, 08:33 par Franck

Je t’embrasse !

6. Le lundi 7 septembre 2015, 08:37 par charlottine

Affectueuses pensées; je t’embrasse.

7. Le lundi 7 septembre 2015, 13:37 par Cunégonde

Merci à tous.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.banalitescunegonde.fr/trackback/1837

Fil des commentaires de ce billet

Articles consultés récemment

Escarpolette

Y a ça pour les nains de jardin à la maison. En plus, il faut les pousser.

Bistrot

Quand j’allais au lycée, de bonnes sœurs, comme on disait, à l’époque, dans une petite sous préfecture de Gironde, nous avions pris l’habitude d’aller au bistrot. Nous y refaisions le monde. Les adultes, pour la plupart, étaient des cons qui n’avaient rien compris. Je ne vais quasiment plus au bistrot. Je suis une adulte.

Ostentatoire

Est-il ostentatoire de dire que je suis profondément touchée par la castatrophe de Petit Palais ? Noyée dans mes émotions, je ressens encore plus mon apparentance à mon village.

Mort

J’y suis confrontée. J’ai appris, jeune qu’elle faisait partie du cycle de la vie. Mai cela est toujours aussi douloureux.

Plusieurs fois

Je suis capable de regarder plusieurs fois un film. Pourtant jusqu’à présent, je ne suis pas arrivée à relire un seul roman. Peut-être parce que je fais autre chose quand je regarde pour la ième fois un film.