Identité nationale 1.2

On ne voit pas les choses
De la même façon d’un village,
Et d’une ville.
Quand je vois des tours d’habitation
comme celles placées de chaque côté
du bd de La Chapelle, je me demande toujours
comment on a pu enfermer des paysans
(pour la plupart) dans un habitat aussi hostile.

Quelle convivialité, quels lieux de vie étaient proposés ?
Dans un village, il y a un troquet, une épicerie, un marché,
des lieux où on se montre, et où on voit.
Dans ces tours, souvent autour rien,
elles enferment les gens sur eux-mêmes,
elles les laissent entre eux,
sans leur offrir de portes de sortie.

Comment un paysan, ici en ville,
coupé de ses racines transmet ses valeurs ?
Comment apprendre à leur enfant à vivre
dans un milieu aussi éloigné du sien ?
Heureusement, des mères et des pères l’ont fait,
et continuent de le faire.


Je me laisse le droit
de supprimer tous les commentaires
qui me déplairont.

Commentaires

1. Le vendredi 25 mars 2011, 16:56 par imposture

il y a bled et bled. mais cette convivialité de bled, c'est quand même souvent les mecs d'un côté, les filles de l'autre et on ne mélange pas les genres, s'il vous plait! le voisinage est oppressant. moi, je l'ai toujours mal vécu.

quand j'y retourne, je ne cherche à voir personne. il n'y a que la nature qui me stimule, l'odeur de la terre, l'odeur de la forêt quand ces anormaux de chasseurs n'y sont pas, les vaches, les poules, tout ça, j'aime.

aujourd'hui, je vis dans un autre bled, d'un autre pays. le seul mieux, c'est que les voisins ne mettent pas leur nez dans mes affaires parce que j'ai la manière de ne pas leur en laisser le loisir, et qu'ils sont super serviables. j'essaie de le leur rendre au mieux.

tu veux me censurer?

2. Le vendredi 25 mars 2011, 17:02 par imposture

mais je suis d'accord, je ne souhaite à personne de vivre dans une tour.

3. Le samedi 26 mars 2011, 10:28 par Cunégonde

J'ai pourtant passé une grand partie de mon enfance à jouer avec des garçons aux cow-boys et aux indiens.Ensuite un peu plus grands, nous piquions la pipe du grand-père d'un des garçons pour la fumer, on a aussi essayer les queues d'ail, la barbe de maïs dans du papier journal... Encore plus âgés, d'autres jeux sont apparus. Non la séparation des 2 n'existait comme tu l'as décrite.

4. Le lundi 28 mars 2011, 10:39 par imposture

combien de gosses dans votre bled? j'ai du mal à croire que ça a duré. arrivé un moment, tu as bien dû sentir que tu "n'étais qu'une fille", non? les mecs, sans me le dire, à un moment la soeur de leur copain, ben fallait pas qu'elle reste, surtout à l'heure des guerres de cabanes dans les bois, à l'heure de jouer au foot... même comme ça j'étais privilégiée, j'avais des grands frères... et le premier mai, là on n'y échappait pas, si tu es une vraie fille comme il faut, t'avais un arbre à la porte, sinon, un sapin s'ils jugeaient que tu étais une salope mais qu'ils t'avaient tous bien niquée quand même.

du coup, les mecs comme les filles ne m'intéressaient plus. et leurs gueguerres pour des cabanes, ça ne l'intéressait de toutes façons. y'a plus d'arbres à la porte des filles et c'est très bien!

mais, au fait, pourquoi les fils d'immigrés auraient besoin de connaitre la culture du bled pour vivre à paris ou ailleurs bien loin de tout bled?

toutes ces frontières, ces histoires d'identité, c'est bien artificiel. c'est juste fait pour mettre des barrières et se valoriser, tu ne crois pas?

5. Le mardi 29 mars 2011, 10:04 par Cunégonde

> toutes ces frontières, ces histoires d'identité, c'est bien artificiel. c'est juste fait pour mettre des barrières et se valoriser, tu ne crois pas?
Développe

6. Le mardi 29 mars 2011, 11:46 par imposture

pour répondre à ton mail:

voilà pour le mai à la porte des filles honorables: http://fr.wikipedia.org/wiki/Arbre_...

ce truc d'hétéros violent, fait partie de mon identité, si tu veux, puisque je l'ai vécu et que ça a contribué être ce que je suis. je n'ai pas toujours eu d'arbre, genre j'existais plus pour les mecs parce que je commençais à prendre le large.
sache que je n'ai aucune nostalgie et que je vomis ce genre de "culture".

en fait, je n'ai pas le temps de dévolopper sur l'identité nationale, mais c'est le même principe. tu dois adopter les tics qui te permettent de rester dans le cadre et les normes. tu apprends, on t'apprend plutôt (confondre enseigner et apprendre est bien sympomatique d'un mode de pensée, d'ailleurs) des limites. au-delà de ces limites, tu n'existes plus ou tu es de la marge, de l'ennemi, de l'étranger. si tu es faible, tu comprends vite que c'est plus confortable d'être dans la norme parce que la marge, la liberté aussi, c'est un prix fort à payer, ils et elles deviennent tes créanciers.

c'est l'une des raisons pour lesquelles je refuse toute identité et si un jour je prends une autre nationalité, c'est juste pour des raisons pratiques et bureaucratiques. pour faire chier marine aussi!

7. Le mardi 29 mars 2011, 21:45 par Cunégonde

Il me semblait que l'on ne choisissait pas d'avoir une identité, mais juste que l'on en avait une.

8. Le vendredi 1 avril 2011, 13:00 par imposture

je ne suis pas d'accord, on peut la construire mais si, malgré soi hélas, on dépend toujours un peu de quelque chose. on ne nait pas con, on le devient. Simone disait "on ne nait pas femme, on le devient".

9. Le vendredi 1 avril 2011, 13:05 par imposture

lis "même si" là où tu vois "mais si".

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : https://www.banalitescunegonde.fr/trackback/402

Fil des commentaires de ce billet

Articles consultés récemment

Ma tirelire

Il a fallu que je la vide, elle était pleine. Elle contenait: 214 pièces de 1 centime 150 pièces de 2 centimes 111 pièces de 5 centimes 167 pièces de 10 centimes 60 pièces de 20 centimes 21 pièces de 50 centimes 50 pièces de 1 euro 12 pièces de 2 euros 1 pièce de 10 francs des États de l'Afrique de l'Ouest. Je me suis demandé pourquoi j'avais rempli ma tirelire majoritairement de petites pièces.

Entendre encore ça

Au 21ième siècle : ” une femme est faite pour procréer”. J’étais choquée.

Autonomie

En voyant ma tante, je me dis que ce qui me fait le plus peur en vieillissant, c’est la perte d’autonomie.

Brève de coiffeuse sous pandémie

“Comme ça vous aurez les cheveux courts si on reconfine”.

Dimanche 124

Square Roger Stéphane