Identité nationale 1.1

Je suis née en Gironde, d’un père gascon,
d’une mère gabaye. Mon nom est gascon,
ma culture est un doux mélange des deux,
elle est entièrement girondine.
Avant l’âge de trente ans, je n’ai quitté
ma terre natale qu’épisodiquement.

Un jour, cinq mois avant mon trentième anniversaire.
J’ai dû monter à la capitale, passer une frontière : la Loire !
Pour nous gens du sud-ouest, plusieurs cultures,
plusieurs identités sont regroupées sous ce terme générique,
le nord de la Loire est un autre monde.
À Paris, je suis une travailleuse immigrée,
Plus que ma collègue d’origine maghrébine née à Sarcelles.

Il m’a fallu deux ans pour m’habituer à cette ville,
à mon déracinement. Un jour, je me suis dit que
ma culture était là où j’étais.
Ma culture doit me permettre d’être, de m’adapter
et non de me couper de mon nouvel environnement.
Ma culture est une partie de mon identité.

Je pense qu’il n’existe pas une seule identité nationale,
mais des identités nationales, que la richesse de mon pays vient
de cette diversité.



Je me laisse le droit
de supprimer tous les commentaires
qui me déplairont.

Commentaires

1. Le jeudi 24 mars 2011, 13:38 par imposture

l'identité nationale, c'est comme l'imposture, ça s'assume à toutes les sauces.

puisque l'autre brute, brute au sens larouien du terme, a lancé le débat, autant y aller franco! qu'est-ce tu as que les "boches de l'Est" n'ont pas, hum!?

même si on a l'identité qu'on veut, on n'échappe hélas pas à la pression des autres sur cette identité, quelle soit nationale, genrée, familiale ou autre. tout ça, c'est politique. amen!

je me donne des airs depuis que je suis au couvent ;-)

2. Le jeudi 24 mars 2011, 22:16 par Cunégonde

J'ai l'accent et l'envie d'avoir du temps pour avoir le temps.

3. Le vendredi 25 mars 2011, 16:30 par imposture

tu me charries!?

4. Le vendredi 25 mars 2011, 19:53 par Cunégonde

Non, c'est une réalité.

5. Le samedi 26 mars 2011, 16:59 par Ed

Je n'avais pas intégré ce concept de "en dessous de la Loire", jusqu'à ce que je passe deux ans près de chez toi (pas tout le temps, mais souvent, de nombreux weekends et toutes les vacances) j'ai pensé m'y installer. Puis, j'ai réalisé que c'était impossible. Je suis remontée.

6. Le samedi 26 mars 2011, 18:30 par Cunégonde

Mais ce n'était pas parce que c'était au sud de la Loire quand même ?

7. Le samedi 26 mars 2011, 21:37 par Asyouare

C'est bizarre mais c'est comme si le débat me passait au dessus. Pas que je m'en fiche, pas que je ne respecte pas mon pays. Mais je trouve que faire un débat sur l'identité nationale me semble déplacé car la France a perdu de sa sublime, ses valeurs... mais bon c'est mon point de vue. J'aime mon pays mais je crois que je le comprends de moins en moins.
Par contre, pour ce qui est du débat d'identité inter régions... alors là... j'ai longtemps été fière d'être bretonne parce qu'il y a une identité, justement, très forte là-bas et aussi parce que c'est beau. Et puis j'ai voyagé, vu d'autres régions, et du coup je me sens un peu comme errante, sans réelle origine. Je suis d'un peu partout. Peut-être qu'un jour je reviendrai en Bretagne, si la Bretagne avait le soleil du sud, alors là oui j'y retournerai je pense. Mais je crois que pour le moment elle appartient au passé. Bref, tout ça pour dire que l'identité, c'est propre à chacun, à son vécu... et on ne peut pas dire à quelqu'un qu'il est comme ci ou comme ça si lui même se sent autre.

8. Le dimanche 27 mars 2011, 07:43 par Cunégonde

Faire une identité nationale, c'est créer vouloir uniformiser.

9. Le dimanche 27 mars 2011, 08:39 par mirovinben

J'aurais beaucoup de choses à dire concernant ce sujet mais pas trop envie de les écrire (paresse, colère, inquiétude).

Bourguignon naturellement, français forcément, européen évidemment, occidental éventuellement,humain douloureusement.

Trois réflexions en vrac :
- "La France est le seul pays au monde qui a autant de problèmes qu'ailleurs."
- "Quand tu ne sais pas où tu vas, n'oublies jamais d'où tu viens."
- "Les nations qui oublient leur passé sont condamnées à le revivre"

10. Le dimanche 27 mars 2011, 19:56 par Ed

Ben un peu quand même. Je me sentais immigrée, mal intégrée, non adaptable...

11. Le lundi 28 mars 2011, 06:57 par Cunégonde
Il n'est pas toujours facile de se sentir bien chez nous, je le concède.
12. Le lundi 28 mars 2011, 10:48 par imposture

faire une identité nationale c'est pareil que faire une identité régionale, ou une identité de club de foot, c'est juste pour mieux pratiquer l'exclusion.

13. Le lundi 28 mars 2011, 16:12 par Cunégonde

Développe

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : https://www.banalitescunegonde.fr/trackback/401

Fil des commentaires de ce billet

Articles consultés récemment

Identité nationale 1.2

On ne voit pas les choses De la même façon d’un village, Et d’une ville. Quand je vois des tours d’habitation comme celles placées de chaque côté du bd de La Chapelle, je me demande toujours comment on a pu enfermer des paysans (pour la plupart) dans un habitat aussi hostile. Quelle convivialité, quels lieux de vie étaient proposés ? Dans un village, il y a un troquet, une épicerie, un marché, des lieux où on se montre, et où on voit. Dans ces tours, souvent autour rien, elles enferment les gens sur eux-mêmes, elles les laissent entre eux, sans leur offrir de portes de sortie. Comment un paysan, ici en ville, coupé de ses racines transmet ses valeurs ? Comment apprendre à leur enfant à vivre dans un milieu aussi éloigné du sien ? Heureusement, des mères et des pères l’ont fait, et continuent de le faire. Je me laisse le droit de supprimer tous les commentaires qui me déplairont.

Ma tirelire

Il a fallu que je la vide, elle était pleine. Elle contenait: 214 pièces de 1 centime 150 pièces de 2 centimes 111 pièces de 5 centimes 167 pièces de 10 centimes 60 pièces de 20 centimes 21 pièces de 50 centimes 50 pièces de 1 euro 12 pièces de 2 euros 1 pièce de 10 francs des États de l'Afrique de l'Ouest. Je me suis demandé pourquoi j'avais rempli ma tirelire majoritairement de petites pièces.

Entendre encore ça

Au 21ième siècle : ” une femme est faite pour procréer”. J’étais choquée.

Autonomie

En voyant ma tante, je me dis que ce qui me fait le plus peur en vieillissant, c’est la perte d’autonomie.

Brève de coiffeuse sous pandémie

“Comme ça vous aurez les cheveux courts si on reconfine”.