Appart #2

Si vous cliquez sur les photos, elles s’agrandissent.

Partage

Commentaires

1. Le mercredi 15 janvier 2014, 10:03 par mirovinben

Les équipements semblent de qualité. J'aime bien l'ambiance lumineuse, douce et apaisante qui transparaît dans tes 2 séries de photos

2. Le mercredi 15 janvier 2014, 14:43 par Gilsoub

La qualité à effectivement l'air au rendez vous et cela fait de toi quelqu'un de branché ;-)

3. Le mercredi 15 janvier 2014, 19:32 par Cunégonde

Apaisante c’est le mot juste, je suis tellement branchée que je n’arrive pas à trouver de plafonniers pour un système si aux normes.

Il faut que je retourne dans un magasin avec un bout qui tient l’ampoule.

La suite au prochain épisode.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.banalitescunegonde.fr/trackback/1310

Fil des commentaires de ce billet

Articles consultés récemment

À chaque marché, un bouquet

À chaque marché, je vais voir le même marchand de primeurs. À chaque marché, il m’offre du persil. Je n’en consomme presque pas. une fois, j’ai refusé, cela l’a vexé. Quand je rentre, je coupe les tiges, et je mets mon bouquet de persil dans l’eau. ainsi à chaque marché, j’ai mon bouquet.

C'est beau la vie

Je branche mon ordinateur portable, une flamme sort de la prise, tout disjoncte. Pas énervée du tout, je shoote dans la porte coulissante de la cuisine, mon petit orteil gauche n’a pas résisté, pour autant il n’est pas cassé. Le congélateur n’a pas survécu. Lundi, j’ai un beau frigidaire-congélateur. J’aurais préféré que mon orteil soit cassé j’aurais été sûre d’avoir un arrêt conséquent. Là, je suis arrêtée jusqu’à lundi inclus. C’est beau la vie. Ma participation aux chansons à prise rapide Ce mois-ci Jean Ferrat

Pas si fichue que ça

Je trouvais que Bertha ma mini fougère n’avait pas apprécié mes vacances, pendant celles-ci, je l’avais mise dans une grande casserole pleine d’eau. Comme cela elle était arrosée. Pour Hubert, le lierre, j’avais opté pour un embout que l’on visse à une grande bouteille peine d’eau que l’on enfonce ensuite dans la terre. Ce système s’est avéré très efficace. Pour Bertha, il ne convenait pas, son pot est trop petit. Bref, je pensais que Bertha était au plus mal. Je l’ai mise à la poubelle. J’ai étudié le chemin avec le moins de marche à cause de mon orteil, et hop direction un marchand de plantes ouvert tout le temps. Arrivée là-bas, je cherche les fougères, Elles étaient en moins bonne forme que Bertha. J’ai pris un Arthur, un asparagus. Il ira sur le nouveau frigo qui arrive demain. Une fois rentrée chez moi, une crise de culpabilisation aigüe m’a conduite à sauver Bertha du gouffre de la poubelle (un sac en plastique que donne le fruitier sur le marché.) Je l’ai rempotée, arrosée, remise à sa place. J’espère juste qu’elle ne soit pas rancunière.

Appart #3

Si vous cliquez sur les photos, elles s’agrandissent.

Fête des voisins

Nous étions une cinquantaine. C’était bon enfant. J’avais amené ce que j’étais capable de cuisiner, à savoir des canettes de coca et des abricots. Un jeune enfant vient vers moi. Il me tend les bras, je le prends, son comportement m’intriguait. Il est handicapé Plusieurs fois, il est venu vers moi. Je me suis fait un copain. Son père était content qu’il aille vers quelqu’un. Les autres enfants ne jouaient pas avec lui. Monde cruel de l’enfance.