Tourisme gennevillois.3

DSC_6389.jpg

Partage

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.banalitescunegonde.fr/trackback/478

Fil des commentaires de ce billet

Articles consultés récemment

J'aimerais tellement

À avoir à me rebrasser les manches pour un futur déménagement. La visite de l’appartement témoin sera un matin de la semaine prochaine. Ma participation aux Obsolètes à prise rapide

Un grand moment d'aventure

J'ai fait dix minutes de scooter, dans Paris en agrippant de toutes mes forces mon pilote de peur de jenesaikoi en fait. Dire que certains paient pour pouvoir ressentir des émotions fortes.

L'attrait de la Dame de fer sur les provinciales

Nous parlions de nos appartements successifs, et de la vue de nos différentes fenêtres. Une s'écrit : de la fenêtre de ma pièce principale, je vois la Tour Eiffel. Je me suis souvenue que quinze ans plus tôt j'avais appelé ma petite nièce pour lui demander si elle savait ce que je voyais de la fenêtre de ma chambre. Maintenant encore j'aime au détour d'une rue, l'apercevoir.

Bon d'accord, je ne sais pas m'orienter mais...

le GPS, lui, ne fonctionne que quand je n'en ai pas besoin !

Immortalité ?

Durant une émission radio, l'artiste (dont je ne me souviens plus le nom) expliquait son besoin de laisser une œuvre à la postérité. Ma réaction immédiate fut de penser, mais pour quoi faire ? C'est vrai, je comprends mal ce besoin si fort chez certains. À quoi peut nous servir, de notre vivant, de laisser une trace à la postérité, à des personnes que nous ne connaîtrons pas, si ce n'est combler notre égo ? Je crois fortement qu'une fois mort nous ne continuons d'exister que dans le cœur de ceux qui nous aiment. Ne peuvent être retenus, par nos proches, que l'amour, l'amitié que nous leur portons, ou des émotions contraires, les actes qui les ont marqués. Ce qui fait qu'ils continueront à penser à nous pendant longtemps. Même pour un artiste, seul son personnage public demeure après sa mort. Sa vie privée n'est que peu accessible. Marquer la postérité nourrirait-il ce rêve d'immortalité ?