Je sais, je suis cynique

Je savais bien qu'il pouvait être
dangereux d'aller voir des films
de super héros.



Mon cynisme me protège
d'une certaine violence.

Partage

Commentaires

1. Le samedi 21 juillet 2012, 07:41 par Mistake

Moi aussi complètement cynique et j'assume on est dans un contexte qui nous y contraint mais il faut bien reconnaître que c'est pas très positif comme attitude ,par contre jà ne fais pas le lien avec le super héros du film tu peux expliquer? Ou alors attendons de voir d'autres commentaires qui m'eclaireront peut-être

2. Le samedi 21 juillet 2012, 08:31 par mirovinben

Quand on donne le droit de détenir une arme, faut s'attendre à ce que certains (se prenant pour des super-héros et donc hors-limites) s'en servent...

Ce qui n'empêche pas de voir le même genre de barjot faire le zigouilleur tout azimut chez nous alors que les armes à feu sont un peu plus difficiles à obtenir.

Au cinéma, devant un distributeur de billets ou près d'une école.

3. Le samedi 21 juillet 2012, 09:09 par Mistake

Les barjots qui coûtent trop cher ne sont plus enfermés et on vit dans un monde qui génère de la barjotude

4. Le samedi 21 juillet 2012, 09:40 par Cunégonde
ça veut dire quoi les barjots qui coutent trop cher ? Notre société génère de la violence, soit, mais la voolence a toujours existé. La violence fait partie de l'humain. Je ne suis pas toujours sûre que nous sommes plus sociable qu'à la pré-histoire. Il m'arrive de penser que seul l'environnement à changer. L'homme sera toujours un prédateur pour lui même.
5. Le samedi 21 juillet 2012, 10:03 par Liop

Je crois que permettre à tous d'avoir une arme c'est donner à chacun trop d'occasion d'être très dangereux dans les moments de pétage de câble.

PS : le mieux reste d'être un super héros :)

6. Le samedi 21 juillet 2012, 10:22 par Cunégonde
Liop, je suis d'accord avec toi. En plus, j'ai peur des armes à feu.
7. Le samedi 21 juillet 2012, 22:00 par C&C

"L'homme sera toujours un prédateur pour lui même. ", plus l'homme que la femme dans le cas des armes à feu, non? Un truc freudien, tu crois?

8. Le samedi 21 juillet 2012, 22:36 par Cunégonde
Je ne sais pas.
9. Le dimanche 22 juillet 2012, 07:49 par Mistake

Tu as raison de préciser "Dans le cas des armes à feu" mais sinon la femme est un homme comme les autres ,tout aussi dangereux plus sournois sûrement je le constate tous les jours dans mon univers professionnel

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.banalitescunegonde.fr/trackback/756

Fil des commentaires de ce billet

Articles consultés récemment

Eau_p.jpg

Dimanche 85

Si vous cliquez sur la photo, elle s’agrandit.

Les images plus que le contenu

Je suis allée voir Laurence Anyways. J'ai du mal à accrocher à l'histoire. Il me semblait que Laurence passait plus de temps à courir après son amour qu'à nous expliquer son changement de sexe. Néanmoins, j'ai aimé l'humour, la subtilité des dialogues. Par contre, j'ai adoré l'esthétisme de ce film. J'ai aimé les teintes, les couleurs des habits, des décors, les paysages,des personnages. Les portraits sont sublimes, puissants. Les plans fixes si réalistes nous invitent.

Querelle

C’est usant ces querelles régulières parce que nous ne sommes pas d’accord. Jamais on joue carte sur table pour aplanir nos différents.

Divin e

Cela ne fut pas le cas de ma conversation avec le colispostier qui m’a téléphoné hier, au sujet de la réclamation que j’avais déposé parce que mon colis ne m’avait pas été livré. La première réclamation a eu pour effet qu’il soit livré à mes gardiens et non à une inconnue. La deuxième réclamation est pour que je sois remboursée du port, 21€10; que soit pris en considération qu’il s’agissait d’un recommandé R3; que mon colis a été ouvert, qu’il ne m’a pas été délivré à moi, alors que je n’ai pas donné de procuration. Le colispostier ne comprennait cela. Je suis trop procédurière à son goût.

Hyperactive

Je suis en train de devenir trop sportive assise sur mon canapé. J'admets que mes critères pour apprécier ou pas, tel ou tel sport, ne sont pas sportifs.