Un mot...

m'a fait rêver ce matin :
plaisirologue.

Partage

Commentaires

1. Le mardi 9 août 2011, 10:53 par imposture

entendu á la radio?

2. Le mardi 9 août 2011, 12:37 par Cunégonde

Non, en faisant de recherche sur le reiki.

3. Le mardi 9 août 2011, 13:21 par mirovinben

"logue" : Du grec ancien λόγος, logos (« étude »). Ah voui, ça laisse rêveur.

En même temps, pour étudier un sujet, il faut prendre du recul par rapport à ce sujet et ne pas interférer sur l'évolution du phénomène étudié par sa simple présence ou celle de ses instruments de mesure.

Dans ce domaine, je préfère plutôt être dans l'action que la réflexion.

Encore un commentaire très beaucoup plus long que le billet qui l'inspire. T'as le chic !

4. Le mardi 9 août 2011, 21:50 par Cunégonde

Certes, être plaisirologue, pour moi, voudrait dire être régulièrement entourée de plaisir, pour pouvoir l'étudier.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.banalitescunegonde.fr/trackback/480

Fil des commentaires de ce billet

Articles consultés récemment

je me modernise

J'ai trouvé une application qui peut synchroniser toutes mes notes. Qu'elles soient écrites sur mon smartphone, sur mon netbook, ou sur mon pc. Il m'arrive donc maintenant d'écrire des billets sur mon smartphone, quand j'ouvre mon netbook, la note y est. Je fais un copié/collé pour la déposer dans mon coin à moi dotclearien. Je la mets en forme, et mon billet existe sur mon blog. Il me prend à rêver qu'un jour un développeur de dotclear fera une application dotclear pour android. Parfois, les rêves peuvent devenir réalité, il faut juste avoir de la.patience.

J'aimerais tellement

À avoir à me rebrasser les manches pour un futur déménagement. La visite de l’appartement témoin sera un matin de la semaine prochaine. Ma participation aux Obsolètes à prise rapide

Immortalité ?

Durant une émission radio, l'artiste (dont je ne me souviens plus le nom) expliquait son besoin de laisser une œuvre à la postérité. Ma réaction immédiate fut de penser, mais pour quoi faire ? C'est vrai, je comprends mal ce besoin si fort chez certains. À quoi peut nous servir, de notre vivant, de laisser une trace à la postérité, à des personnes que nous ne connaîtrons pas, si ce n'est combler notre égo ? Je crois fortement qu'une fois mort nous ne continuons d'exister que dans le cœur de ceux qui nous aiment. Ne peuvent être retenus, par nos proches, que l'amour, l'amitié que nous leur portons, ou des émotions contraires, les actes qui les ont marqués. Ce qui fait qu'ils continueront à penser à nous pendant longtemps. Même pour un artiste, seul son personnage public demeure après sa mort. Sa vie privée n'est que peu accessible. Marquer la postérité nourrirait-il ce rêve d'immortalité ?

Bon d'accord, je ne sais pas m'orienter mais...

le GPS, lui, ne fonctionne que quand je n'en ai pas besoin !

Ha ces livreurs !

Je commande sur le net, tout ce qu'il me faut pour mes bestioles. Un jour, ne voyant pas un colis arriver, je contacte mon fournisseur. Il m'a fait à nouveau livrer le colis. Ne me trouvant pas à la maison, le livreur m'avait laissé un message sur mon répondeur. Il m'indiquait qu'il avait laissé le paquet chez la personne qui habitait en face de la porte de l'ascenseur. Dans mon immeuble, il n'y a pas d'ascenseur. Je me commande une clé USB. Je devais la recevoir mardi matin. Vers 10h30, le téléphone sonne. La société de livraison voulait le code de ma porte d'immeuble, le livreur n'avait pas pu entrer à cause de cela. Il n'y a pas de code pour entrer dans mon immeuble. J'explique tout ça à la charmante personne au bout du fil. Je lui demande si je peux être livrée mercredi matin, qu'il suffisait de sonne à mon interphone. Hier matin, pas de livreur ! J'avais encore un message pour savoir quel était mon code porte.