Pas si fichue que ça

Je trouvais que Bertha
ma mini fougère n’avait pas apprécié
mes vacances, pendant celles-ci,
je l’avais mise dans
une grande casserole pleine d’eau.
Comme cela elle était arrosée.
Pour Hubert, le lierre, j’avais opté
pour un embout que l’on visse
à une grande bouteille peine d’eau
que l’on enfonce ensuite dans la terre.
Ce système s’est avéré très efficace.
Pour Bertha, il ne convenait pas,
son pot est trop petit.

Bref, je pensais que
Bertha était au plus mal.
Je l’ai mise à la poubelle.
J’ai étudié le chemin avec le moins de marche
à cause de mon orteil, et hop direction
un marchand de plantes ouvert tout le temps.
Arrivée là-bas, je cherche les fougères,
Elles étaient en moins bonne forme que Bertha.
J’ai pris un Arthur, un asparagus.
Il ira sur le nouveau frigo qui arrive demain.

Une fois rentrée chez moi,
une crise de culpabilisation aigüe
m’a conduite à sauver Bertha
du gouffre de la poubelle (un sac en plastique
que donne le fruitier sur le marché.)
Je l’ai rempotée, arrosée, remise à sa place.
J’espère juste qu’elle ne soit pas rancunière.

Commentaires

1. Le dimanche 1 juin 2014, 20:53 par Anthom

- Plantes! Oh! plantes! Avez-vous une âme?
- Ben oui, pourquoi?

2. Le lundi 2 juin 2014, 16:49 par Cunégonde

Je connais des personnes qui parlent à leurs plantes.

Pour ma part, j’ai pas mal de cactus, j’aurai peur que nos échanges soient trop piquants.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : https://www.banalitescunegonde.fr/trackback/1427

Fil des commentaires de ce billet

Articles consultés récemment

Plus de train pour Dreux

Quand je me suis décidée à aller à Dreux. J’ai pris un billet de train. Quelle ne fût pas ma surprise, quand j’ai vu qu’à partir de Chartres, c’était un bus ! Si j’avais su, j’y serais allée quand j’étais à Chartres. Mais comme j’entretiens des relations ambiguës avec la géographie, et pire encore avec l’orientation. Je ne l’ai pas fait. Bref, j’arrive en gare de Chartres. Aucuns panneaux qui indiquent la gare routière. Je sors mon smartphone. Je cherche l’Application qui me permet de ne pas me perdre. Rien ! J’en arrive même à me demander si cette gare routière existe. J’ai dû aborder des gens pour leur demander s’ils étaient du coin. Et s’ils connaissaient la gare routière. Non, leur ignorance sur ce sujet ne me stressait pas du tout ! Une commerçante m’a dit d’aller tout droit, de passer un pont, et que ça devait être par là. Des explications aussi vagues, plus des gens avec de légers bagages ont fait que j’ai eu mon bus. En courant, quand même.

Aujourd'hui raconté en recette de cuisine

C’était cramé. 366, un jeu remis au goût du jour par Gilsoub

Ustensible

De cuisine, chez moi, c’est disproportionné, avec le nombre de fois où je fais la cuisine. J’en ai plein, pourtant je fais peu la cuisine.

Brève d'un payeur devant une caisse

Il sort sa carte bleue, verte au demeurant. Demande à la caissière : “on peut payer par télépathie.” La réponse fut : “c’est sur le côté.”