Fête des voisins

Nous étions une cinquantaine.
C’était bon enfant.
J’avais amené ce que j’étais capable de cuisiner,
à savoir des canettes de coca et des abricots.

Un jeune enfant vient vers moi.
Il me tend les bras,
je le prends, son comportement m’intriguait.
Il est handicapé
Plusieurs fois, il est venu vers moi.
Je me suis fait un copain.
Son père était content qu’il aille vers quelqu’un.
Les autres enfants ne jouaient pas avec lui.
Monde cruel de l’enfance.

Commentaires

1. Le lundi 26 mai 2014, 17:58 par C&C

Ils y étaient tous?

2. Le lundi 26 mai 2014, 18:01 par Cunégonde

Non, une bonne moitié.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : https://www.banalitescunegonde.fr/trackback/1423

Fil des commentaires de ce billet

Articles consultés récemment

Je suis pas encore prête

Ce matin, je vais au marché. Il n’y avait plus le film plastique qui protégeait les vendeurs. Les gens n’avaient plus de masques. Sur le coup, j’étais étonnée, pas rassurée.

Effet COVID ou pas ?

J’avais été étonné que l’on me souhaite autant Pâques. Je suis étonnée que l’on me souhaite autant la fête des mères. Est-ce une sociabilisation économe due au covid ?

Brève de promeuse avec enfants à Pigalle

“Ici, c’est plutôt un quartier, pour adultes”.

Brève d'un américain à Paris

“Je suis un réfugié politique, ici.”