La colère du clic-clac

Mon clic-clac est un vieux grincheux.
Il faut dire qu’il a déjà subi Bombarde,
que là il partage mon appartement avec Épi et Fil.
Les griffes de mes bestioles
ne l’ont pas épargné le pauvre.

Je prends soin de lui.
Je le recouds si nécessaire.
Quand j’ai eu Épi,
j’ai réfléchi au fait de changer de clic-clac.
J’ai fait le choix de le garder.
Je lui ai même acheté une nouvelle couette.
Celle-ci s’est avérée être une bonne
protection pour la couette initiale.
En effet, j’ai gardé la couette originelle,
elle est de très bonne qualité.
Très épaisse et en coton assez résistant,
mieux que celle qui devait la remplacer.

Ma nièce et une de ses amies sont venues.
Elles ont dormi dans mon clic-clac.
Ce matin, j’ai défait le lit et voulu remettre
en position assise,
rien à faire, il restait en position lit.
Pourtant j’avais bien repéré
un nouvel endroit à recoudre.
Pour ce faire, j’avais regardé
dans ma boîte à couture s’il me restait
du coton pour raccommoder cela.
J’avais même pris la décision d’enlever
le tissu marron qui recouvrait sa partie basse.
Mon clic-clac demeurait en position lit.

Mon mètre en main, je mesure
pour en acheté un neuf.
J’étais contrainte à cette dure réalité.
Une dernière fois, j’essaie de le remettre
en position assise.
Il avait fini sa crise.

Commentaires

1. Le lundi 30 septembre 2013, 08:16 par mirovinben

Si ton clic-clac devient colérique, gare à la prochaine crise ! A se demander s’il vaut mieux qu’il se bloque en position couchage ou en position banquette…

Je crois qu’il faut lui expliquer que s’il recommence, il devra prendre ses cliques et ses claques.

2. Le mardi 1 octobre 2013, 09:08 par Cunégonde
J’ai du oublier de valider mon commentaire, hier. Je te disais que cela m’embêterais s’il prenait ses cliques et ses claques. Je vais tester mes formations de management sur lui.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : https://www.banalitescunegonde.fr/trackback/1213

Fil des commentaires de ce billet

Articles consultés récemment

Dangereux, le télétravail !

Je suis en formation zoom. En me levant de mon canapé, crac, lumbago.

Détail

J’entrevis un cœur tatoué, sur le bas du poignet, sous sa veste. Grâce à un mouvement du bras donc de la manche je vis que sous ce cœur se profilait une Tour Effeil.

Stockholm ♡ 3

Si vous cliquez sur la photo, elle s’agrandit. Photos prises avec mon smartphone

Je suis pas encore prête

Ce matin, je vais au marché. Il n’y avait plus le film plastique qui protégeait les vendeurs. Les gens n’avaient plus de masques. Sur le coup, j’étais étonnée, pas rassurée.

Règles

Elles sont arrivées un jour sans crier gare. J’avais 9 ans. Je ne comprenais pas pourquoi j’avais une tache de sang dans ma culotte, ni pourquoi Nanou (ma sœur qui a un an de plus que moi) n’avait pas eu ça. Une injustice. S’en est suivi les seins, les soutiens-gorges, les migraines que des trucs de filles qui ne me plaisent toujours pas. J’ai toujours les seins, les soutiens-gorges, de temps en temps les migraines. Je n’ai plus mes règles depuis 4 mois. Elles partent comme elles arrivent. C’est aussi perturbant. J’ai à la place des sueurs nocturnes, avec tout le questionnement qui va avec. Il ne me manquait plus que ça. Vu ce que j’ai lu, On ne se débarrasse pas des sueurs nocturnes facilement. À la Marche des fiertés (pas cette année) sur une pancarte était écrit « je fais ce que je veux de mon corps. » J’ai plutôt la sensation que mon corps se joue de moi, que je dois m’adapter pour vivre au mieux les événements qui caractérisent ce cap.