Nancy

Je suis allée dans cette ville,
pour voir I. Nous avons fait du tourisme,
au gré de nos envies,
et des façades Art nouveau à admirer.

Je ne retiendrai que deux lieux:
le musée de l'École de Nancy,
et la galerie de Pascale Leclerc
trouvée par hasard.

Pour le premier lieu,
j'ai aimé certaines pièces,
certaines appliques sont si sensuelles
que j'avais envie de les avoir au creux de ma main.

Pour le second le lieu,
j'ai aimé le lieu pour lui-même,
la galeriste, sa voix, son accueil.
Allez-y.


Merci I. pour cette délicieuse journée.

Commentaires

1. Le lundi 14 mars 2011, 17:27 par imposture

je crois que I t'en prie, elle a certainement passé une très bonne journée aussi, certainemment eu un peu mal aux jambes mais certainement satisfaite aussi. enfin, ce que j'en dis, je ne connais pas I ;-)

au fait, imposture, le retour!

2. Le lundi 14 mars 2011, 17:54 par Cunégonde

Le vent, ici, est plutôt agréable:-))

3. Le mardi 15 mars 2011, 14:20 par imposture

mais tu ne suis pas, il n'y a pas deux n à certainement ;)

4. Le mardi 15 mars 2011, 20:44 par Cunégonde

Non, je ne te suis que quand je suis avec toi ! Sinon, je me contente de te lire, et les fautes ne sont pas la base de notre amitié, si ?

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : https://www.banalitescunegonde.fr/trackback/397

Fil des commentaires de ce billet

Articles consultés récemment

Validité

Je reçois le dossier à remplir, pour le nouvel appartement. J’ai tous les papiers, certains que j’ai du déterrer comme mon contrat de location qui date de 1996. Un détail me chiffonne, mon passeport n’est plus valide. J’espère que ce n’est pas bloquant. Je vais aller tout à l’heure, me faire prendre en photo, pour pouvoir faire une carte d’identité valide.

La valeur d'une personne ★2

L’affaire du bijoutier de Nice me laisse un gout amer. La détention de l’arme est illégale. La légitime défense n’est pas avérée. Comment et pourquoi peut-il avoir 1 million 6 cent mille de likes sur facebook ?

Arrêt demandé bis

Si vous cliquez sur la photo, elle s’agrandit.

Identité nationale 1.1

Je suis née en Gironde, d’un père gascon, d’une mère gabaye. Mon nom est gascon, ma culture est un doux mélange des deux, elle est entièrement girondine. Avant l’âge de trente ans, je n’ai quitté ma terre natale qu’épisodiquement. Un jour, cinq mois avant mon trentième anniversaire. J’ai dû monter à la capitale, passer une frontière : la Loire ! Pour nous gens du sud-ouest, plusieurs cultures, plusieurs identités sont regroupées sous ce terme générique, le nord de la Loire est un autre monde. À Paris, je suis une travailleuse immigrée, Plus que ma collègue d’origine maghrébine née à Sarcelles. Il m’a fallu deux ans pour m’habituer à cette ville, à mon déracinement. Un jour, je me suis dit que ma culture était là où j’étais. Ma culture doit me permettre d’être, de m’adapter et non de me couper de mon nouvel environnement. Ma culture est une partie de mon identité. Je pense qu’il n’existe pas une seule identité nationale, mais des identités nationales, que la richesse de mon pays vient de cette diversité. Je me laisse le droit de supprimer tous les commentaires qui me déplairont.

Identité nationale 1.2

On ne voit pas les choses De la même façon d’un village, Et d’une ville. Quand je vois des tours d’habitation comme celles placées de chaque côté du bd de La Chapelle, je me demande toujours comment on a pu enfermer des paysans (pour la plupart) dans un habitat aussi hostile. Quelle convivialité, quels lieux de vie étaient proposés ? Dans un village, il y a un troquet, une épicerie, un marché, des lieux où on se montre, et où on voit. Dans ces tours, souvent autour rien, elles enferment les gens sur eux-mêmes, elles les laissent entre eux, sans leur offrir de portes de sortie. Comment un paysan, ici en ville, coupé de ses racines transmet ses valeurs ? Comment apprendre à leur enfant à vivre dans un milieu aussi éloigné du sien ? Heureusement, des mères et des pères l’ont fait, et continuent de le faire. Je me laisse le droit de supprimer tous les commentaires qui me déplairont.