Le plaisir de photographier (2).1

En second lieu, le plaisir
de montrer ce que je vois.
Pour se faire, il faut construire.

Avant dans un labo, dans un endroit clos,
face à moi-même, je façonnais mes clichés.
Maintenant, chez moi, devant mon écran calibré,
avec des logiciels, je développe mes images.
Je construis une photographie.

Il m'a fallu acquérir des techniques.
Cette phase fut laborieuse.
Tant pour le labo que pour apprendre
à me servir de mes logiciels préférés.
Je me suis acheté un micro
juste avant de passer en numérique.

J'ai fait le grand saut vers le numérique
quand je n'ai plus trouvé de papier.
Notre façon de travailler dans un labo
est empirique. J'utilisais toujours la même pellicule,
le même révélateur, le même papier.

Un jour, je suis allée chez mon fournisseur.
Il n'avait qu'une seule boîte de papier,
Ilford (pour ne pas dire la marque)
arrêtait sa production.
D'autres papiers m'ont été présentés.
J'étais un peu perdue.

J'avais déjà réfléchi à la nécessité
de passer au numérique,
et à ce que cela entrainerait.
J'ai investi à mon rythme
dans un boîtier, des objectifs, un écran...

Une fois le minimum possédé
j'ai commencé, à apprendre vraiment.

Commentaires

1. Le mardi 22 février 2011, 15:23 par mirovinben

J'ai lu avec attention et comme d'hab ce billet ainsi que le précédent. Mon absence de commentaire ne signifie pas une absence d'intérêt. Au contraire.

J'ai tenté le développement/tirage à une époque. Le côté chimie et les aléas dus à l'usure des produits m'ont un peu rebuté. Depuis et avec l'arrivée du numérique, c'est autrement plus agréable.

Même que bon nombre de mes photos sont prises en tenant compte des post-traitements que je pourrais appliquer ensuite. Surtout côté recadrage : je cadre souvent un chouïa plus large.

2. Le mardi 22 février 2011, 21:43 par Cunégonde

Comment fais-tu pour savoir à l'avance ce que sera ton post-traitement ? Je cadre tellement serré que le recadrage n'existe chez moi que quand je n'ai pas pu faire autrement. Par exemple quand je fais des photos aux jam-sessions où je vais. J'essaie au maximum de composer mon cliché lors de la prise de vue. Ce que ne m'empêche pas quelques fois de me demander ce que j'ai bien fichu quand j'avais l’œil collé au viseur.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : https://www.banalitescunegonde.fr/trackback/389

Fil des commentaires de ce billet

Articles consultés récemment

Un ragondin est plus fort qu'une migraine

Pour certaines raisons, mon tourisme en Île-de-France a changé de département et de commune. Hier matin, nous nous sommes même offert le plaisir de nous promener dans une nature artificielle. J'ai pu quelques minutes admirer un ragondin. J'aime beaucoup ces rongeurs, pas au point de les apprécier en pâté comme dans le médoc. Cela faisait des années que je n'en avais pas vu, seules leurs traces, près d'un étang girondin que j'adore, m'étaient visibles. Le ravissement de cette rencontre ne fut même pas gâché par la migraine qui pointa son nez quelques heures plus tard.

Choc cycliste

Au moment où je pensais refaire du vélo, j’ai vu un cycliste chuter.

Du blanc

A peine quitter la Gironde, le blanc manteau s'étale avec de plus en plus d'insistance. J'en oublie mon livre, pour contempler. Quinze ans d'aller-retour ne m'avaient jamais permis une telle vision. Des adultes émerveillés, des enfants blasés. un gamin d'une vingtaine d'années qui ramasse, à Châtellerault, des flocons, dans un sac en papier. Une chevrette et son petit frigorifiés, si prêts des voies que l'on sait que cela n'a rien de normal. Je ne regrette pas mes quarante minutes de retard dues à la neige.

Essais de patisseries

Avec un pote, une fois par mois, environ, on s’offre une super pâtisserie. Nous avons déjà testé : deux fois, pain de sucre ; les trois chocolats ; Stohrer ; Michalak. Vivement le mois prochain. C’est un moment à nous. On trouve le bon endroit. On s’installe. On déguste. On papote de tout et de rien.