Où et comment écrivez-vous vos billets ?

Je me suis aperçue que la plupart de mes billets,
je les écrivais dans le métro.
Soit, assise dans une station, soit dans une rame,
bref très souvent dans un lieu public.
Comme si cette action me permet
d'acquérir une zone intimité
dans un endroit qui n'en a pas.

Je les écris sur des blocs que
je fabrique avec des feuilles A4
déjà usitées que j'ai coupées en quatre.
Je rédige mes notes en indiquant le rythme.
Pour ce faire, je vais à la ligne,
je mets des flèches, trois indiquent un paragraphe.

Soit, une fois chez moi, je me contente
de mettre une petite pince à toutes les feuilles
qui composent le billet, et je range ce mini bloc,
là où je range tous mes carnets.
Soit, je vais sur mon interface Dotclear
pour mettre mon texte en ligne.

Je tape en relisant.
J'apporte ou non des changements.
Pour certains, je me sers d'Antidote,
pour les autres, ils sont tellement courts
que j'estime ne pas en avoir besoin.
J'aime cet exercice qui me force
à mettre en forme une pensée, un moment vécu...

Commentaires

1. Le mardi 2 novembre 2010, 12:36 par mirovinben

J'écris toujours avec mon ordi (une tour et non un portable) placé dans un coin du salon, directement dans l'éditeur de Dotclear.

Parfois après avoir cogité "en tâche de fond" pendant d'autres activités, inspiré ou pas par un micro évènement de mon quotidien ou en réaction/confirmation d'un billet lu ailleurs.

Sujet plutôt spontané, dépendant de ce que j'ai publié avant. Le plus souvent pour proposer autre chose, histoire de varier les plaisirs et, plus rarement, sur un même thème pour créer une série.

Généralement, j'écris le texte en local (j'ai une image en local de mes blogs en ligne) après avoir retenu une photo déjà en stock ou faite pour l'occasion, ce qui demande donc parfois un minimum de préméditation.

Une première écriture "au fil de l'eau", souvent verbeuse et lourde puis re-lecture plus ou moins "éradiquante", tentant de simplifier le flux des mots posés spontanément (je suis bavard) suivi d'une remise en forme pour aérer la présentation.

2. Le mardi 2 novembre 2010, 16:21 par l'avion rose

Ecrire un billet... dans le métro... quoi de plus naturel ?...

3. Le mercredi 3 novembre 2010, 15:10 par Liop

Je les écris souvent au travail. Parenthèse dans ce bureau trop partagé dans lequel on ne partage pas grand chose. Les textes et thèmes sont souvent réfléchis à l'avance mais pas notés. Parfois, j'ouvre mon blog juste comme une parenthèse et je me lance au hasard.

4. Le mercredi 3 novembre 2010, 23:31 par Cunégonde

Merci, j'apprécie vos réponses, même si je ne comprends pas celle qui est interrogative.

5. Le jeudi 4 novembre 2010, 08:41 par Yo

Billet... métro... Jeu de mots (excellent d'ailleurs pour un avion !)

6. Le jeudi 4 novembre 2010, 09:24 par Cunégonde

Billet--> train, avion, pas métro. Métro-> ticket, réducteur pour mes ptits billets. On les verrait plus.
Je risquais pas comprendre la subtilité.

7. Le vendredi 5 novembre 2010, 10:21 par Cy Jung

Bonjour,
Dans le métro, je ne rédige que des textos. Ce doit être parce que je ne paie pas mon ticket. Pour le reste… C'est le matin que cela se passe, chez moi de préférence, sur mon bel écran, avec des bons outils lexicaux, des zooms à gogo et une tasse de café.
Merci pour ce billet que j'ai trouvé très touchant.
Bonne journée !
Cy

8. Le vendredi 5 novembre 2010, 11:03 par Cunégonde

Cy , je suis touchée par ton propre billet

9. Le vendredi 5 novembre 2010, 20:06 par Cy Jung

Bonsoir,

Merci ! ;-)
Voici une expérience des plus originales même si elle n'a pas été menée à bien par Véronique Bréger. On attend la suite !

Bonne fin de soirée
Cy

10. Le samedi 6 novembre 2010, 00:00 par Yo

J'écris en ce moment un billet. Plus exactement, je recopie le texte que j'ai écrit hier sur un carnet, en l'amendant.
Un mot m'a sauté aux yeux dans ce billet-ci "usitées". J'aurais mis "utilisés" car pour moi "usité" renvoie au usage du langage, pas à un autre. Est-ce qu'Antidote me donne raison ou non ?...

11. Le samedi 6 novembre 2010, 07:07 par Cunégonde

Pour Antidote oui, pour TFL, cela est plus confus.

12. Le dimanche 7 novembre 2010, 15:04 par Ed

Je me dis, tiens, je vais écrire une note (je n'appelle pas ça un billet, qui me rappelle trop l'argent), je m'assois dans mon bureau, à mon bureau, et sur mon ordi, qui n'est pas non plus un portable, je me connecte chez hautetfort, et je rédige, d'une traite, ce que j'ai à dire. J'ouvre une autre fenêtre pour chercher une illustration, je copie-colle, le tour est joué.
S'il s'agit vraiment d'un très long texte, il m'arrive d'utiliser word, mais toujours juste avant de publier, et je ne conserve pas mes écrits ailleurs que sur mon blog.

13. Le dimanche 31 juillet 2011, 14:22 par loans

I received my first business loans when I was 32 and it helped my relatives a lot. Nevertheless, I require the short term loan once again.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : https://www.banalitescunegonde.fr/trackback/311

Fil des commentaires de ce billet

Articles consultés récemment

Mes mamies révolutionnaires

Leur conversation m'enchanta. Elles parlaient des grèves et des retraites. Elles raillaient ce gouvernement de « salauds ». Si c'était elles qui menaient le mouvement, elles bloqueraient le pays. Un camion en travers de chaque route, tout le monde en marche vers l'Élysée, et « il » verrait bien que le monde est dans la rue. « Il » ne pourrait pas encore dire qu'il y a de moins en moins de monde. Je me demandais en les regardant, ce qui avait fait qu'elles sortent de leurs gonds. Vu leur âge, elles avaient vécu, d'autres péripéties bien plus graves. Soit, elles étaient aussi plus jeunes, et le contexte n'était pas le même.

D_p.jpg

Dimanche 136

Avec un peu de retard.

Évasion

56 minutes de bateau, 2 hérons, 2 cormorans, plusieurs canards de la même espèce ; des goélands, trois cygnes adultes, 2 adolescents, des moineaux ; quelques chiens et à peine plus de bipèdes.

Que mes bestioles sont bizarres

Mercredi, je faisais opérer Fil. C'est le vétérinaire de l'assoc qui se chargeait de le faire. Pour des raisons de confort, pour elle et moi, si j'avais su c'est mon véto à côté de chez qui l'aurait fait. Je l'ai récupéré le soir, encore saoule de l'anesthésie. Elle puait le désinfectant. Épi ne l'a pas reconnue. Depuis, les conflits ont repris.