Renoncement

Ce mot pour, je ne sais trop quelles raisons
a rouvert ma boîte à questions.

Le renoncement fait partie du deuil.
Il m'a permis d'accepter (la partie la plus dure).
Pourtant, renoncer pour moi a
un rapport avec ma peur de manquer.

Renoncer, c'est aussi assumer pleinement ses choix.
C'est accepter de perdre ce que l'on ne veut pas
ou ce que l'on pense, ne pas pouvoir pas perdre.

Renoncer demande d'aller vers l'inconnu;
L'inconnu, cet inquiétant stresseur
Il faut lâcher, perdre, quitter ce que l'on possède
pour pouvoir aller vers d'autres horizons.

Le renoncement, nous aiderait-il à
nous débarrasser de toutes les futilités
qui encombrent nos vies ?

Commentaires

1. Le dimanche 24 octobre 2010, 13:16 par mirovinben

Une de mes maximes favorites : "Choisir, c'est renoncer." Et là le renoncement n'est pas une plongée dans l'inconnu mais simplement le fait d'abandonner une option au profit d'une autre.

Sinon, je confirme qu'il est douloureux de renoncer à quelque chose pour peu qu'il n'existe pas d'alternative. Là, le manque peut être profond.

Quant à se débarrasser de toutes les futilités. Ça devrait être facile, tant le futile est léger. Sauf que le futile nous paraît très souvent indispensable. Ne serait-ce que pour éviter toute remise en question toute faille dans l'armure.

2. Le dimanche 24 octobre 2010, 19:14 par Cunégonde

Le futile, nous apparait aussi utile.
Je préfère ta façon de voir le renoncement que la mienne.

3. Le lundi 25 octobre 2010, 12:14 par imposture

encore des qui s'inquiètent de la futilité?

au fait, «peur de manquer» quoi exactement?

4. Le lundi 25 octobre 2010, 18:29 par Cunégonde

Ça, c'est une bonne question.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : https://www.banalitescunegonde.fr/trackback/5

Fil des commentaires de ce billet

Articles consultés récemment

Appel à candidature

Où je bosse nous avons un site sur l’intranet pour trouver des apparts. J’en vois un dans le 20e qui me plaisait. Je téléphone au service concerné pour avoir un bon de visite. La personne que j’ai appelée étant absente, je lui laisse un message. Elle me rappelle pour m’expliquer que cet appart est trop cher pour moi. En poursuivant l’échange, elle m’explique même que si j’étais en couple ma recherche (qui n’en est pas vraiment une, car je me contente regarder ce qu’il y a de disponible.) serait plus simple et plus rapide. À ma question, dois-je trouver une colocataire ? La réponse a été : « il faut y réfléchir ».

Noir

J’ai cru que le ciel allait me tomber sur la tête. À 11h du matin, il faisait nuit. La journée, pour moi, fut tout aussi noir que le ciel, même lorsque celui-ci s’éclaircit.

Un abandon

Je rentre chez moi. Il fait nuit. Sur le trottoir d’en face, un homme porte un meuble. Il le dépose délicatement, sur le trottoir, assez loin de l’entrée de l’immeuble. Il part, avant d’entrer dans l’immeuble, Il se retourne, pour regarder le meuble.

je me demande si...

Je ne m’amé­ri­ca­nise pas. Oui, je viens de lire que pour une amé­ri­caine sur deux, il est plus dif­fi­cile de se pas­ser d’inter­net que de sexe!