Un grand moment d'aventure

J'ai fait dix minutes de scooter,
dans Paris en agrippant de toutes mes forces
mon pilote de peur de jenesaikoi en fait.
Dire que certains paient
pour pouvoir ressentir des émotions fortes.

Partage

Commentaires

1. Le jeudi 25 août 2011, 09:22 par Franck

Il roulait trop vite ?

2. Le jeudi 25 août 2011, 12:17 par Ed

A force de perdre des points pour excès de vitesse, j'ai pensé au scooter, mais il me faudrait une monitrice patiente... J'ai la trouille dès que les deux roues ont un moteur.

3. Le jeudi 25 août 2011, 13:16 par mirovinben

Ed, j'ai un souvenir de trajet en ville à la place arrière d'un tandem qui m'a foutu une sacrée trouille... Vaut largement un autre souvenir d'une descente du col de la République assis derrière un copain motard.

Ces deux trajets obligatoires mais gratuits.

Je fuis les émotions fortes. Alors, imagine s'il fallait en plus payer pour. Donc, Cunégonde, +1 !

4. Le jeudi 25 août 2011, 21:37 par Cunégonde

Franck > non, mais en scooter, le siège du passager est plus haut que celui du pilote, les poignées pour se tenir sont à l'arrière. Mon charmant pilote est aussi grand que moi, je me retrouvais donc surélevée par rapport à lui, et pas question de tenir des poignées dans mon dos. Je l'ai donc compressé pendant dix minutes.



Ed > disons que moi je ne suis pas rassurée.

mirovinben > je n'ai jamais compris ceux qui courraient après les sensations fortes. C'est si déstabilisant.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.banalitescunegonde.fr/trackback/490

Fil des commentaires de ce billet

Articles consultés récemment

Lilas_p.jpg

Lilas d'Oslo

Si vous cliquez sur la photo, elle s’agrandit.

Train

Une viennoise au chocolat, chez Paul 2€15. Un train remplit d’anglais. Je rentre bien en Gironde.

escalator_p.jpg

Dimanche 83

Si vous cliquez sur la photo, elle s’agrandit.

Piscine

Y en a une à côté de mon nouveau bureau. Le tout est de savoir, si j’irai.