Un grand moment d'aventure

J'ai fait dix minutes de scooter,
dans Paris en agrippant de toutes mes forces
mon pilote de peur de jenesaikoi en fait.
Dire que certains paient
pour pouvoir ressentir des émotions fortes.

Partage

Commentaires

1. Le jeudi 25 août 2011, 09:22 par Franck

Il roulait trop vite ?

2. Le jeudi 25 août 2011, 12:17 par Ed

A force de perdre des points pour excès de vitesse, j'ai pensé au scooter, mais il me faudrait une monitrice patiente... J'ai la trouille dès que les deux roues ont un moteur.

3. Le jeudi 25 août 2011, 13:16 par mirovinben

Ed, j'ai un souvenir de trajet en ville à la place arrière d'un tandem qui m'a foutu une sacrée trouille... Vaut largement un autre souvenir d'une descente du col de la République assis derrière un copain motard.

Ces deux trajets obligatoires mais gratuits.

Je fuis les émotions fortes. Alors, imagine s'il fallait en plus payer pour. Donc, Cunégonde, +1 !

4. Le jeudi 25 août 2011, 21:37 par Cunégonde

Franck > non, mais en scooter, le siège du passager est plus haut que celui du pilote, les poignées pour se tenir sont à l'arrière. Mon charmant pilote est aussi grand que moi, je me retrouvais donc surélevée par rapport à lui, et pas question de tenir des poignées dans mon dos. Je l'ai donc compressé pendant dix minutes.



Ed > disons que moi je ne suis pas rassurée.

mirovinben > je n'ai jamais compris ceux qui courraient après les sensations fortes. C'est si déstabilisant.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.banalitescunegonde.fr/trackback/490

Fil des commentaires de ce billet

Articles consultés récemment

L'attrait de la Dame de fer sur les provinciales

Nous parlions de nos appartements successifs, et de la vue de nos différentes fenêtres. Une s'écrit : de la fenêtre de ma pièce principale, je vois la Tour Eiffel. Je me suis souvenue que quinze ans plus tôt j'avais appelé ma petite nièce pour lui demander si elle savait ce que je voyais de la fenêtre de ma chambre. Maintenant encore j'aime au détour d'une rue, l'apercevoir.

Bon d'accord, je ne sais pas m'orienter mais...

le GPS, lui, ne fonctionne que quand je n'en ai pas besoin !

Immortalité ?

Durant une émission radio, l'artiste (dont je ne me souviens plus le nom) expliquait son besoin de laisser une œuvre à la postérité. Ma réaction immédiate fut de penser, mais pour quoi faire ? C'est vrai, je comprends mal ce besoin si fort chez certains. À quoi peut nous servir, de notre vivant, de laisser une trace à la postérité, à des personnes que nous ne connaîtrons pas, si ce n'est combler notre égo ? Je crois fortement qu'une fois mort nous ne continuons d'exister que dans le cœur de ceux qui nous aiment. Ne peuvent être retenus, par nos proches, que l'amour, l'amitié que nous leur portons, ou des émotions contraires, les actes qui les ont marqués. Ce qui fait qu'ils continueront à penser à nous pendant longtemps. Même pour un artiste, seul son personnage public demeure après sa mort. Sa vie privée n'est que peu accessible. Marquer la postérité nourrirait-il ce rêve d'immortalité ?

test

envoi depuis mon droidgrâce à dotclear droidmon rêve n'a pas été trop long

je me modernise

J'ai trouvé une application qui peut synchroniser toutes mes notes. Qu'elles soient écrites sur mon smartphone, sur mon netbook, ou sur mon pc. Il m'arrive donc maintenant d'écrire des billets sur mon smartphone, quand j'ouvre mon netbook, la note y est. Je fais un copié/collé pour la déposer dans mon coin à moi dotclearien. Je la mets en forme, et mon billet existe sur mon blog. Il me prend à rêver qu'un jour un développeur de dotclear fera une application dotclear pour android. Parfois, les rêves peuvent devenir réalité, il faut juste avoir de la.patience.