Petits et ronds

Les seins que j’ai pu
entrevoir ce matin.

Règles

Elles sont arrivées un jour sans crier gare.
J’avais 9 ans.
Je ne comprenais pas pourquoi
j’avais une tache de sang dans ma culotte,
ni pourquoi Nanou (ma sœur qui a un an de plus que moi)
n’avait pas eu ça.
Une injustice.
S’en est suivi les seins, les soutiens-gorges, les migraines
que des trucs de filles qui
ne me plaisent toujours pas.
J’ai toujours les seins, les soutiens-gorges,
de temps en temps les migraines.
Je n’ai plus mes règles depuis 4 mois.
Elles partent comme elles arrivent.
C’est aussi perturbant.
J’ai à la place des sueurs nocturnes,
avec tout le questionnement qui va avec.
Il ne me manquait plus que ça.
Vu ce que j’ai lu,
On ne se débarrasse pas
des sueurs nocturnes facilement.

À la Marche des fiertés (pas cette année)
sur une pancarte était écrit
« je fais ce que je veux de mon corps. »
J’ai plutôt la sensation que
mon corps se joue de moi,
que je dois m’adapter pour
vivre au mieux les événements
qui caractérisent ce cap.

Cancer du sein

Je viens de voir la pub qui
est censée inviter
les femmes d'au moins 50 ans
à aller faire une mammographie
tous les deux ans.

Cette pub m'a énervée.
Les créatifs de ça pensent que
pour s'adresser aux femmes
la couleur rose s'impose.

De plus, pour crédibiliser leur discours,
c'est évidemment un mec qui nous parle.
Que cette pub est sexiste !

Blasphème

Une femme, pourvue
d'une poitrine très généreuse,
porte deux chaines en argent.

Les deux chaines se terminent
par deux crucifix.
Ils sont de deux tailles différentes.

Je ne peux pas voir
les croix dans leur détail.
Elles sont en partie cachées,
subtilisées par les seins.

Les seins

Est ce que c'est parce que je n'ai pas été nourrie au sein que les seins plantureux me perturbent?

Où est le rapport avec ceux de ma mère, qui les avaient plantureux, je ne me souviens pas de jeu avec eux. Je me souviens de calins, la tête reposant sur ses colines rassurantes.

Je déteste me retrouver la tête perdue au milieu de seins qui m'étouffent.

Alors que les petits sont plus sensuels... Ils sont un véritable appel au jeu.

Articles consultés récemment

À chacun sa méthode ( billet en priorité pour quelqu'un qui s'intéresse au sujet)

Suite aux billets de Mirovinben, et de Franck, je me suis interrogée sur le traitement de mes prises de vues. Je n'utilise que les RAW. J'ai plusieurs cartes mémoire. Je transporte ces RAW sur le bureau de mon micro, grâce à un lecteur de cartes. Je ne touche plus à la carte mémoire tant que mes vues ne sont pas développées, au cas où. Le dossier dans lequel mes RAW se trouvent est nommé selon le sujet de la prise de vue, et la date ( par exemple jam17102010). Si sur la même carte, il y a plusieurs sujets, je crée plusieurs dossiers, et je dispatcherai mes RAW dans celui qui lui correspond. J'importe ensuite dans LR. Je crée un catalogue que j'identifie de la même façon que le dossier dans lequel les RAW se trouvent. Dans la bibliothèque de LR, je commence mon travail de tri. Toutes les vues qui ne me plaisent pas sont détruites, du catalogue et du disque. Je commence très rarement le développement en suivant. il peut se passer plusieurs jours voire plusieurs semaines. Quand je me décide, je ne développe mes photos, une par une, jamais de traitement par lot. Là encore, je détruis les vues qui me déplaisent. Je travaille le RAW en couleur de manière à ce que le résultat coïncide à ce que je pense avoir vu. Il m'arrive de basculer en n&b. Selon le rendu que je souhaite, j'emploie LR ou je joue aussi avec CS4, où j'ai le pluging adéquat. Une fois le résultat final obtenu, j'enregistre un JPEG à la taille, et à la résolution dont j'ai besoin. Pour finir, je sauvegarde, avant je gravais même. Mais maintenant que j'ai trois disques durs externes, je ne le fais plus. Mes trois DD externes s'appellent rouge, rouge vif, et rouge foncé. Sur le premier, je ne place que mes RAW. Sur les deux autres, j'exporte le catalogue de LR. Par fainéantise, j'enregistre aussi les PSD que j'ai du générer, pour ne pas avoir à les refaire,et le JPEG que j'ai obtenu soit pour ma galerie ou autre. Je synchronise les deux DD pour achever ma sauvegarde. À ce moment-là, je formate ma ou mes cartes mémoire utilisées, et je les re-range dans mon sac photo.

Dans quatre ans, j'aurais vécu la moitié de ma vie

Je ne me souviens plus à quel âge, j'ai décidé une bonne fois pour toutes que je vivrai un siècle. Je sais c'est un objectif que je ne peux contrôler, mais un rêve que j'apprécierai d'atteindre. Quand j'étais enfant, nous parlions de l'an 2000 comme... Là, en 2064, je souhaite être suffisamment valide et lucide pour voir, entendre et comprendre. Tout ne me plaira pas. Aujourd'hui, tout ne me plait déjà pas. J'ose pourtant espérer que des progrès auront été accomplis en science et en médecine. Certes, des découvertes sont toujours faites. J'espère qu'elles seront importantes. Il m'arrive de croire que les rapports entre les peuples entre les hommes seront plus simples. Tout me prouve le contraire. Le changement climatique, le manque d'eau, la pénurie et le changement de moyens énergétiques n'arrangeront rien dans les relations entre les États. J'espère que la vieillesse ne m'aura pas amoindrie au point de ne plus pouvoir goûter pour quelque temps au vieillissement de ce siècle.

Paroles de sages

Mon arrière-grand-mère disait : « quand on n'a pas de tête, il faut des jambes. » Moi, j'en suis à : quand on a pas de mémoire, il faut de quoi noter.

Que faisons nous ?

Quand nous avons mal à la jambe droite ou au pied droit, nous boitons. Quand nous avons mal à la jambe gauche ou au pied gauche, nous boitons. Quand nous avons mal au pied droit et au pied gauche, que faisons-nous ?

Salgado Amazônia

Salgado est un de mes photographes préféré. Je ne suis donc pas objective. Je n’ai jamais vu une expo aussi bien montée. L’accrochage, l’éclairage sont superbes. Je la reverrai avec plaisir.