Mot-clé - religion

Fil des billets - Fil des commentaires

Cimetière de chartres

Il a deux particularités.
Il y a un carré de tombes
de soldats allemands,
que je n’ai pas vu.
J’ai traversé ce cimetière parce que
c’était un raccourci pour rentrer.
J’y ai vu plusieurs carrés de tombes
de religieuses.
Je n’en avais jamais vu.
Il s’agit d’une simple croix,
avec une inscription,
posée sur un petit socle,
en pierre, ou en ciment.
J’ai lu plusieurs inscriptions.
À chaque fois, il y avait écrit
xx années de vie religieuse.
Comme si leur vie d’avant
ne comptait pas.
Les prêtres, eux, avaient une tombe
recouverte d’une pierre tombale.

Jour 15 du déconfinement

Ce matin, en allant travailler
il y avait, en plein milieu de la rue,
un homme sur une trottinette électrique
qui prié à tue-tête.
Il conjurait dieu de laisser
tranquille sa famille.
Ce soir, un homme sur des rollers
qu’il savait peu maitriser,
pousser une poucette,
tout en ne lachant pas des yeux,
un gamin qui le suivait en draisienne.
Je me suis demandée si
ce n’était pas lui qui aurait dû prier.
C’est sûrement parce que
je suis une athée pratiquante que
cette idée m’est venue.

J’ai fait 15064 pas,
monté plus d’une centaine de marches.

Si jamais, plus que ça !

Si vous cliquez sur la photo, elle s’agrandit.

Croix_p.jpg

Soutane

La première fois que j’ai vu
une soutane, c’était à
Sainte Anne d’Auray.
J’étais enfant, je n’avais pas 10 ans.
Je n’en avais encore jamais vu.
Je ne comprenais pas
pourquoi un homme portait une robe.

Le choix des mots

« Vous, les décroyants,
vous ne croyez pas à ça. »

Blasphème

Une femme, pourvue
d'une poitrine très généreuse,
porte deux chaines en argent.

Les deux chaines se terminent
par deux crucifix.
Ils sont de deux tailles différentes.

Je ne peux pas voir
les croix dans leur détail.
Elles sont en partie cachées,
subtilisées par les seins.

Articles consultés récemment

Un parapluie de remplacement

J’ai oublié mon parapluie dans le métro. Je passe par le parc. Un parapluie m’attendait sur un banc.

Autrefois, c'est quand ?

Si vous cliquez sur la photo, elle s’agrandit. C’était quand, autrefois ?

Le musée d'Orsay

C'est mon musée parisien préféré. J'aime y aller. Le bâtiment lui-même est magnifique. J'avais lu que les travaux étaient finis. J'y vais avec une amie et sa fille. Déjà, l'ours bienveillant n'est plus là. À mon grand soulagement, nous l'avons retrouvé dans une salle, presque perdue. Les couleurs des salles sont géniales. La lumière qui recouvre les toiles les met en valeur. Mais que le chemin pour voir ces tableaux est tortueux. Les bancs en verre sont splendides. Bien qu'il soit interdit de photographier dans le musée, je regrettais de ne pas avoir d'appareil qui me laisse prendre les reflets dans ces glaçons artificiels. Mon sentiment sur cette visite est très mitigé, et je suis à la fois ravie et déçue.

Dépassement de soi

Une amie veut grimper le kilimandjaro. Je lui demande pourquoi elle veut le faire. Elle me parle de dépassement de soi. Ce à quoi je réplique que j’y suis tous les jours dans le dépassement de moi en allant travailler.