Mot-clé - périphérie

Fil des billets - Fil des commentaires

Dimanche 101

Si vous cliquez sur la photo, elle s’agrandit.

Pont_p.jpg

Embellir

Que puis-je adonir aujourd’hui ?
Pour que mon monde soit moins moche.

Ma participation aux Obsolètes à prise rapide

Pas aujourd'hui

Aujourd’hui, je ne serai pas
dans le monde interlope
dans lequel je travaille.

Ma participation aux Obsolètes à prise rapide

Maïs

Paris est une ville
de mangeurs de maïs.
Sur la place de Porte de La Chapelle,
par moment, il n’y a
pas moins de quatre vendeurs.

Bus

Si vous cliquez sur la photo, elle s’agrandit.

20130822p.jpg

La femme dans l'abris bus.

Elle a la cinquantaine,
elle est sale, fatiguée,
elle porte une robe à fleurs.
Elle est usée par la vie.
Elle tremble de tout son corps.

Dimanche●15

DSC_1373.jpg

Le nouveau tram T3b

Il est tout beau, tout neuf.
Il a été inauguré samedi.
Il marche très bien, dans un sens,
celui pour aller travailler.
Dans le sens pour rentrer chez moi,
il est plus lent, voire inexistant.
Je dois marcher pour aller prendre mon bus.

Flash■2

Des phares au loin,
le bus n'avance pas.
On passe à côté de l'accident.
Les pompiers et le SMUR interviennent.
Le visage de cette femme africaine hagard.,
le bus me transporte ailleurs
chez moi.

les hasards de la vie

J'attends le bus 20 minutes.
Je monte, nous sommes serrés.
La première phrase que
je lis par dessus l'épaule de
la personne devant moi est :
« Pourquoi ne sont-ils pas venus ? »

Odeur

Il n'y a pas de chat,
mais une odeur de
pipi de chat.



note écrite dans le bus hier soir

Paysage parisien

paysageparis.jpg

Ça change des putes.

Plusieurs camionnettes blanches sont garées,
pour plus ou moins longtemps,
le long d'un trottoir, pas loin de mon lieu de travail.
Des hommes y entrent, puis en sortent.

Pas loin de ce lieu, un cirque est installé.
Hier, je passais sur ce fameux trottoir.
J'ai bien vu homme entré.

Et, j'ai entendu un son que je n'avais jamais entendu.
Je savais qu'il (le son) ne venait pas de la camionnette.
Tout d'un coup, j'ai aperçu un tigre.

Voguéo

Je vous ai déjà parlé de cette navette fluviale,
notamment quand nous sommes allés
faire le pique-nique sur l'île de Charentonneau.
Voguéo est interrompu pour le moment.

Il y a une consultation pour son devenir.
Je sais, c'est que jusqu'au 3 mars,
il faut se bouger un peu si cela vous intéresse.
Avoir un transport en commun sur l'eau
est, à mon sens, un magnifique projet .

Voici le lien pour découvrir les différents projets : http://www.vogueo.fr/spip.php?rubrique2

Un samedi matin à 07h39

samedimatin.jpg

Enfermement.2

enfermement2.jpg

Enfermement.1

enfermement1.jpg


Mon sentiment d'enfermement est du
au fait que ma vision du monde
est floue, brouillée,
seule des taches de couleurs
me proviennent de l'extérieur.

Elle

Je monte dans le bus, pour rentrer chez moi.
Je m’assois à côté une forme noire avachie sur elle même.
Elle lève la tête. Il s'agit d'une femme
sans âge ni cheveux blancs.
Une odeur d'alcool et de saleté me dérange.
Mais je n'ose aller m'installer plus loin.
Elle semble bien avec des gens à côté d'elle.
Je trouve que ce serait irrespectueux.

À l'arrêt suivant, des jeunes montent,
un se pose sur le siège à sa droite.
J'ai peur que ceux-ci l'importunent.
Non, celui à sa droite demande aux jeunes filles montées avec eux
des mouchoirs en papier.Il les lui donne, elle se mouche.
Elle nous parle, on ne l'entend pas. Je devine qu'elle veut des pièces.

Ma voisine lui tend deux euros
qu'elle a du mal à ranger dans sa poche.
La pièce tombe, elle la récupère non sans mal par terre.
Un son m'interpelle, elle s'adresse à moi, maintenant.
Une vague de tristesse et d'impuissance me submerge,
je suis au bord des larmes.

Je lui donne deux euros et deux tickets de métro
(pour qu'elle puisse au moins faire deux voyages,
sans être importunée par les contrôleurs).
Le bus stoppe, c'est mon arrêt.
Le chemin à pieds jusqu'à chez moi
me permet de calmer mes émotions.

Tourisme parisien 15

peripherie27032011_DSC_5929.jpg

Peut-être que j'aurai dû plus tirer les blancs, non ?

Tourisme parisien 14

peripherie_27022011_DSC_5870.jpg

Une vraie carte postale.

- page 1 de 2

Articles consultés récemment

manger, boire, fumer, respirer, consommer

Manger, m’occupe trop. Boire, je dois me forcer à boire, un litre et demi d’eau par jour. Fumer, j’ai arrêté depuis 14 ans, maintenant. Respirer, difficile parfois avec le masque. Consommer, l’essentiel doit composer nos paniers. 366, un jeu remis au goût du jour par Gilsoub

Ma crise de la soixantaine

Comme toutes mes grandes crises, je les fais en avance. J’ai réalisé en parlant à des ami⸱es que j’avais peur de mes 60 ans à venir, comme si à 60 ans tout s’arrête. La fin de ma vie. Cela est fou, je sais. Mon premier cap a passé a été 53 ans, l’âge auquel ma mère est morte. 60 ans est l’âge que ni père, ni mon frère ont passé.

epi13022011.jpg

Épi le 13 février 2011

pour Samantdi

Le plaisir de photographier (1)

En premier lieu, avoir le plaisir de détenir un support pour m'exprimer. Photographier pour moi, c'est montrer donc c'est m'exprimer. Un vendredi soir, mon père est entré dans la maison avec une boîte contenant un zénith. Cet appareil était pour ma mère. Je crois qu'elle ne s'en est jamais servi. Naturellement, il s'est retrouvé entre mes mains. J'ai appris avec lui à faire des photos. Cela a duré une bonne dizaine d'années. Le fait d'avoir pris la dernière photo de ma mère m'a tellement bouleversée que je ne voulais plus photographier. Mon zénith m'a donné la possibilité de traduire ma vision des choses. Dès le début, j'ai acquis beaucoup de défauts. Ma culture photographique m'a ouvert les yeux. Voir et revoir des photographies dans des livres, puis dans des expos, aiguisent l’œil. Une rencontre avec A. (un passionné) de multiple discussions, un nouveau boîtier est arrivé entre mes mains un nikon F3. A. m'a fait travailler la photographie comme je ne l'avais encore jamais fait. Je devais tout noter de mes séances de prise de vue. Quel diaphragme, quelle ouverture pour quel effet recherché ? Je n'utilisais qu'un 50mm. Sinon, je crois qu'il aurait fallu que je commente mon choix du caillou. Pour une photo que je pensais être bonne, je devais lui expliquer ce que je voulais montrer, et comment j'avais réussi à le retranscrire. Maintenant, je travaille soit seule, soit avec B. L'exigence de notre travail en commun me permet de progresser. La prise de vue est mon premier plaisir lorsque je construis une photographie. Le plaisir est aussi dans le fait que quand le doigt appuie sur le déclencheur rien ne peut présager qu'il s'agira d'une photographie ou d'une banale image.

Piscine⊙24

Aujourd’hui 14 longueurs, il y avait du monde. Des bras, des jambes me touchaient J’ai mis 6 longueurs pour me sentir bien. Ma brasse n’est certes pas accadémique, pourtant ma respiration va mieux. Chaque chose en son temps.