Comment maintenir sa gazinière propre dessus, dessous

Faire déborder,
la dernière fois,
non content de passer
par dessus la casserole,
c’est aussi passé
par dessous la gazinière.
Tout a disjoncté.
J’ai du tout nettoyer.

Présomptieux

C’est très présomptieux
de croire que
ce qui nous intéresse
va intéresser obligatoirement l’autre.

Gilles Caron

Expo Gilles Caron

Si vous cliquez sur la photo, elle s’agrandit.

Caron_p.jpg


Querelle

C’est usant ces querelles régulières
parce que nous ne sommes pas d’accord.
Jamais on joue carte sur table
pour aplanir nos différents.

Le choix de la fin de vie

Les suicides en couple de ces 2 couples dont la presse a parlé m’ont profondément touchée. Je suis pour que nous ayons le choix de notre fin de vie. Il y a quelques années, le suicide me choquait, me perturbait. Maintenant, la vie aidant, je me suis assouplie. Notre dignité doit exister même dans la mort. Nous devons avoir la possibilité de nous tuer si la vie ne répond plus à « notre besoin de vie ». Si la qualité de notre vie n’est plus là. À quoi bon ?

Je ne pense qu’aux personnes qui choisissent le suicide comme fin de vie à cause de la maladie, d’une souffrance insupportable. Je pense que si l’euthanasie était légale, certains auraient eu une mort plus sereine.

J’ai conscience que mes mots peuvent choquer, mais c’est de la souffrance que j’ai ressentie lorsque j’ai appris que l’un de ces deux couples s’est tué avec un sac en plastique sur la tête.

Nocivité

Depuis quelque temps déjà,
je m’interroge sur la nocivité
de certaines personnes
de mon entourage.

Cela vient-il du fait que je vais bientôt
avoir cinquante ans?
Pourquoi ne me laisse-t-on pas le droit
de ne pas être d’accord?
La mort de S. m’a ouvert les yeux.
J’ai réalisé que je n’avais pas accepté,
surtout de proches, des comportements
qui me heurtaient.

Je suis en train de m’éloigner de deux personnes
dont je ne supporte plus les réflexions désobligeantes.
Des personnes dont je n’accepte plus,
pour x raisons, l’influence
qu’elles ont pu avoir sur moi.

Embellir

Que puis-je adonir aujourd’hui ?
Pour que mon monde soit moins moche.

Ma participation aux Obsolètes à prise rapide

Je me demande s'il s'agit...

d'une sieste
ou d'une fin de nuit.

Azuki

Haricot rouge, dans un magasin japonais,
et 8€25 les 200g.
Soja rouge, dans un magasin chonois,
et 1€75 les 400g.

Titillation.4

« Il ne suffit pas d'être sympa
avec quelqu'un pour
qu'il le soit en retour. »

La perfifie du bol

Je range mon bol.
Comme d'habitude sur l'étagère
au dessus de l'évier, rien.

Je baisse la tête.
Un léger bruit, un choc sur mon crâne,
un atterrissage dans l'évier,
une bosse, un bol en moins.

Articles consultés récemment

photo

Il m’arrive de regarder une photo, et de me dire, j’aurais adoré la faire !

Dotclear

Bon anniversaire.

Le choix de la fin de vie

Les suicides en couple de ces 2 couples dont la presse a parlé m’ont profondément touchée. Je suis pour que nous ayons le choix de notre fin de vie. Il y a quelques années, le suicide me choquait, me perturbait. Maintenant, la vie aidant, je me suis assouplie. Notre dignité doit exister même dans la mort. Nous devons avoir la possibilité de nous tuer si la vie ne répond plus à « notre besoin de vie ». Si la qualité de notre vie n’est plus là. À quoi bon ? Je ne pense qu’aux personnes qui choisissent le suicide comme fin de vie à cause de la maladie, d’une souffrance insupportable. Je pense que si l’euthanasie était légale, certains auraient eu une mort plus sereine. J’ai conscience que mes mots peuvent choquer, mais c’est de la souffrance que j’ai ressentie lorsque j’ai appris que l’un de ces deux couples s’est tué avec un sac en plastique sur la tête.

Rêve masqué

J’ai rêvé que je sortais sans masque. Ça m’en a réveillé.

Jamais dans la rue

J’attendais un ami. Une personne avec un gilet CARE, m’aborde, elle voulait 2 minutes de mon temps. Je lui dit : jamais dans la rue. Elle me demande s’il y a moyen de changer, d’évoluer. J’ai acquiescé et ajouté oui, mais jamais dans la rue.