Bloquée

Hier, j’ai vu une copine
bloquée dans le deuil de sa mère,
depuis 2 ans.
Elle n’évolue pas.
Elle a changé de travail.
Tout ce qui lui est arrivé
de négatif depuis,
est la faute des autres.
Elle n’arrive pas à se remettre en cause,
ni même à changer un tant soit peu
son comportement.

Commentaires

1. Le dimanche 20 novembre 2022, 15:57 par Franck

J’ai eu peur, pendant quelques temps, que mon fils se retrouve dans la même situation après avoir perdu sa mère et sa grand-mère en l’espace d’un an et demi ; mais en fait non, il a l’air de reprendre du poil de la bête…

Et c’est tant mieux, il a sa vie à construire !

2. Le dimanche 20 novembre 2022, 16:23 par Gilsoub

C’est triste, j’en connais aussi ; on se sent tellement impuissant !

3. Le lundi 21 novembre 2022, 18:54 par Cunégonde

Franck, je suis contente pour ton fils.

4. Le lundi 21 novembre 2022, 20:25 par virevolte

J’ai une cousine qui est enfermée dans le deuil de son mari depuis 20 ans. Elle ne peut toujours pas en parler sans pleurer. Sa vie s’est arrêtée, elle l’a consacrée à ses trois filles, à leurs études sans jamais penser qu’un jour elles partiraient et qu’elle allait se retrouver seule avec son deuil infini… pas facile…

5. Le lundi 21 novembre 2022, 21:23 par Franck

Merci !

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : https://www.banalitescunegonde.fr/trackback/3131

Fil des commentaires de ce billet

Articles consultés récemment

Brève de feinéante

Tous ces gens qui courent ça me fatigue.

Nombre de stations de métro

Ma nièce:" y a combien, de lignes de métro?" Moi: 14 Ma nièce: "Ha?! Y a 24 arrêts par ligne??" Moi: heu, je ne sais pas. Alors, dit-elle, après avoir sorti son portable, pour calculer, " en moyenne, il y a 336 arrêts".

Présomptieux

C’est très présomptieux de croire que ce qui nous intéresse va intéresser obligatoirement l’autre.

Un parapluie de remplacement

J’ai oublié mon parapluie dans le métro. Je passe par le parc. Un parapluie m’attendait sur un banc.