Mon collègue

Quand je suis rentrée en urgence,
j’ai changé mon billet de train,
le matin.
Ma sœur m’a déposée à la gare
d’Angoulême.
Je monte dans la voiture 20,
pas de place 27.
Je m’assois à une place libre.
Et je contacte @SNCF.
Il m’explique qu’il va demander à
un collègue humain,
de venir me voir.
Je lui demande de faire
un message pour expliquer que
le masque se porte sur le nez,
et la bouche.
Un petit moment après,
j’entends le message.
Et le collègue humain arrive.

Commentaires

1. Le vendredi 3 décembre 2021, 18:43 par virevolte

“Collègue humain ! ” Tu avais donc affaire à un collègue non humain à l’origine !

2. Le dimanche 5 décembre 2021, 09:04 par Cunégonde

Yep

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : https://www.banalitescunegonde.fr/trackback/2998

Fil des commentaires de ce billet

Articles consultés récemment

Qu'est-ce que je fais

Je garde les dollards qui me restent pour y retourner un jour, ou je les change ?

Petite violence

Même grande pour me mettre au boulot aujourd’hui, le télétravail ne va pas toujours de soi. 366, un jeu remis au goût du jour par Gilsoub

Renoncement

Ce mot pour, je ne sais trop quelles raisons a rouvert ma boîte à questions. Le renoncement fait partie du deuil. Il m'a permis d'accepter (la partie la plus dure). Pourtant, renoncer pour moi a un rapport avec ma peur de manquer. Renoncer, c'est aussi assumer pleinement ses choix. C'est accepter de perdre ce que l'on ne veut pas ou ce que l'on pense, ne pas pouvoir pas perdre. Renoncer demande d'aller vers l'inconnu; L'inconnu, cet inquiétant stresseur Il faut lâcher, perdre, quitter ce que l'on possède pour pouvoir aller vers d'autres horizons. Le renoncement, nous aiderait-il à nous débarrasser de toutes les futilités qui encombrent nos vies ?

Jour 15 du déconfinement

Ce matin, en allant travailler il y avait, en plein milieu de la rue, un homme sur une trottinette électrique qui prié à tue-tête. Il conjurait dieu de laisser tranquille sa famille. Ce soir, un homme sur des rollers qu’il savait peu maitriser, pousser une poucette, tout en ne lachant pas des yeux, un gamin qui le suivait en draisienne. Je me suis demandée si ce n’était pas lui qui aurait dû prier. C’est sûrement parce que je suis une athée pratiquante que cette idée m’est venue. J’ai fait 15064 pas, monté plus d’une centaine de marches.

Dimanche 74

Si vous cliquez sur la photo, elle s’agrandit. J’adore les cygnes.