Plus jamais

Je n’écrirai de billets
dans cette catégories.
Je récupère Epi, ce matin,
pour qu’elle passe un moment
chez elle.
Puis.

Commentaires

1. Le samedi 20 novembre 2021, 13:24 par Otir

:-(

(({ hugs }))

2. Le samedi 20 novembre 2021, 13:32 par Franck

Oh merde alors, désolé !

3. Le samedi 20 novembre 2021, 13:36 par Gilsoub

Plein de pensées…

4. Le dimanche 21 novembre 2021, 04:54 par mirovinben

Heu, si c’est ce que je crois comprendre…
Courage et tendresse.
(C’est fou comme je me sens con et maladroit face à ça)

5. Le mardi 23 novembre 2021, 08:30 par Ginou

Tendres pensées ….

6. Le mardi 23 novembre 2021, 18:43 par virevolte

triste…très triste…

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : https://www.banalitescunegonde.fr/trackback/2994

Fil des commentaires de ce billet

Articles consultés récemment

Où et comment écrivez-vous vos billets ?

Je me suis aperçue que la plupart de mes billets, je les écrivais dans le métro. Soit, assise dans une station, soit dans une rame, bref très souvent dans un lieu public. Comme si cette action me permet d'acquérir une zone intimité dans un endroit qui n'en a pas. Je les écris sur des blocs que je fabrique avec des feuilles A4 déjà usitées que j'ai coupées en quatre. Je rédige mes notes en indiquant le rythme. Pour ce faire, je vais à la ligne, je mets des flèches, trois indiquent un paragraphe. Soit, une fois chez moi, je me contente de mettre une petite pince à toutes les feuilles qui composent le billet, et je range ce mini bloc, là où je range tous mes carnets. Soit, je vais sur mon interface Dotclear pour mettre mon texte en ligne. Je tape en relisant. J'apporte ou non des changements. Pour certains, je me sers d'Antidote, pour les autres, ils sont tellement courts que j'estime ne pas en avoir besoin. J'aime cet exercice qui me force à mettre en forme une pensée, un moment vécu...

Mes mamies révolutionnaires

Leur conversation m'enchanta. Elles parlaient des grèves et des retraites. Elles raillaient ce gouvernement de « salauds ». Si c'était elles qui menaient le mouvement, elles bloqueraient le pays. Un camion en travers de chaque route, tout le monde en marche vers l'Élysée, et « il » verrait bien que le monde est dans la rue. « Il » ne pourrait pas encore dire qu'il y a de moins en moins de monde. Je me demandais en les regardant, ce qui avait fait qu'elles sortent de leurs gonds. Vu leur âge, elles avaient vécu, d'autres péripéties bien plus graves. Soit, elles étaient aussi plus jeunes, et le contexte n'était pas le même.

D_p.jpg

Dimanche 136

Avec un peu de retard.

Évasion

56 minutes de bateau, 2 hérons, 2 cormorans, plusieurs canards de la même espèce ; des goélands, trois cygnes adultes, 2 adolescents, des moineaux ; quelques chiens et à peine plus de bipèdes.