Un abandon

Je rentre chez moi.
Il fait nuit.
Sur le trottoir d’en face,
un homme porte un meuble.
Il le dépose délicatement,
sur le trottoir,
assez loin de l’entrée de l’immeuble.
Il part, avant d’entrer dans l’immeuble,
Il se retourne, pour regarder le meuble.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : https://www.banalitescunegonde.fr/trackback/2966

Fil des commentaires de ce billet

Articles consultés récemment

je me demande si...

Je ne m’amé­ri­ca­nise pas. Oui, je viens de lire que pour une amé­ri­caine sur deux, il est plus dif­fi­cile de se pas­ser d’inter­net que de sexe!

Piscine⊙42

En échange de sms avec B. m’ont ramené à la piscine. Nous avons barboté dans le petit bain. Je pense que cela faisait plus d’un an que je n’étais pas allée à la piscine. Ça m’a fait un bien fou.

20130324_094031.jpg

Appel à la désobéissance raptienne

Aujourd’hui, commence l’obligation de valider, dans le bus et le tram, notre pass navigo que nous avons déjà payé, sous peine de 5€ d’amende. Je vous demande de désobéir.

Achetez des lunettes

Un homme, dans le bus, nous explique sa conception de dieu : il a créé le monde à son image, il voit tout. Je me suis posé des questions sur les capacités de dieu. J’éprouve un sentiment de dépris par rapport à ses aptitudes, à dieu, à rendre notre monde meilleur. Encore faut-il que je croie, moi, à un tel concept. Ma participation aux Obsolètes à prise rapide

Je n'ai pas de réponse

J’ai appris, suite à un scanner coronarien, que j’avais un risque élevé d’un événement coronarien. Ce n’est pas une surprise, vu le nombre de morts par crise cardiaque dans la famille. Là, c’est officiel. Écrit noir sur blanc. J’ai un autre exam pour être plus précis. Comme il s’agit d’un problème héréditaire, je préviens 2 de mes sœurs. La première que j’ai eu au téléphone, m’a presque engueulée, en me disant : “tu aimes bien les docteurs, toi”! La seconde : “à force de chercher on trouve”. Il s’agit de très courts extraits de nos conversations. Mais aucune ne semblait pressée de voir son médecin pour ça. Aucune ne m’a demandé comment je le vivais… “Une relation est une co-construction”, comme le dit Despentes. Je me suis demandée ce que j’avais loupé dans ma part de la construction pour avoir de telles réactions.