Masque

Sue le quai du métro,
je trouvais que cette jeune femme se tenait bizarrement,
ses mains en permanence devant la bouche,
je me suis aperçue qu’elle n’avait pas de masque.
Je suis allée la voir,
je lui en ai donné un,
j’en ai toujours dans mon sac à dos.
Plus d’un an après,
on peut oublier son masque.

Commentaires

1. Le samedi 2 octobre 2021, 22:22 par virevolte

Et oui, ça m’arrive encore, mais j’en ai toujours aussi dans mon sac!

2. Le dimanche 3 octobre 2021, 05:53 par mirovinben

Très beau geste.

Quant à oublier parfois son masque même après plus d’un an de gestes barrières, je confirme, ça arrive.

Du coup, j’en ai toujours un de rechange dans le sac de mon appareil photo qui m’accompagne très souvent lors de mes sorties hors tanière. Lui aussi a besoin de prendre l’air.

3. Le dimanche 3 octobre 2021, 09:51 par Franck

C’est urbain ! :-)

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : https://www.banalitescunegonde.fr/trackback/2967

Fil des commentaires de ce billet

Articles consultés récemment

Podcast

Pour la première fois, j’ai écouté, un podcast, dans le métro. Je me suis mise encore plus à regarder autour de moi. Je me suis demandée ce que font les gens quand ils écoutent des trucs dans leurs casques. Qu’est ce qu’ils regardent ?

Épi

Si vous cliquez sur la photo, elle s’agrandit. Elle a rien au cœur. C’est une bonne nouvelle. Elle n’a pas refait de crise. La véto m’a demandé de filmer la prochaine crise, si je suis présente. J’ai des doutes sur mes capacités à y arriver. Pourtant c’est pour que la véto puisse voir ce qui se passe.

Parfumé

Hier, pendant l’espace game dans la Samaritaine, on nous a donné un petit carton imprégné d’un parfum de Guerlain. En rentrant, je l’ai posé sur ma table, dans ma pièce à vivre. Depuis, je sens. C’est très agréable.

La poésie des noms des rues de Paris

La rue de la Fidélité n’est pas loin du passage du désir.