Masque

Sue le quai du métro,
je trouvais que cette jeune femme se tenait bizarrement,
ses mains en permanence devant la bouche,
je me suis aperçue qu’elle n’avait pas de masque.
Je suis allée la voir,
je lui en ai donné un,
j’en ai toujours dans mon sac à dos.
Plus d’un an après,
on peut oublier son masque.

Commentaires

1. Le samedi 2 octobre 2021, 22:22 par virevolte

Et oui, ça m’arrive encore, mais j’en ai toujours aussi dans mon sac!

2. Le dimanche 3 octobre 2021, 05:53 par mirovinben

Très beau geste.

Quant à oublier parfois son masque même après plus d’un an de gestes barrières, je confirme, ça arrive.

Du coup, j’en ai toujours un de rechange dans le sac de mon appareil photo qui m’accompagne très souvent lors de mes sorties hors tanière. Lui aussi a besoin de prendre l’air.

3. Le dimanche 3 octobre 2021, 09:51 par Franck

C’est urbain ! :-)

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : https://www.banalitescunegonde.fr/trackback/2967

Fil des commentaires de ce billet

Articles consultés récemment

Women in black

Je les ai aperçues dans la rue. Toutes les deux ont les cheveux noirs coupés courts. Toutes les deux sont habillées en noir, pantalon, pull, vestes trois-quarts. Toutes les deux ont un look austère. Il est évident qu’elles forment un couple. J’entre dans le magasin pour faire mes courses. Je les perds de vue, toutes les deux. Puis, j’entends une voix douce dire : « mon amour, c’est un fond, là-bas. » Le contraste de la voix avec l’austérité de leur look m’a ému. Nous ne nous sommes pas toujours ce que nous paraissons.

Les ptits détails

Les trois prochains billets sont des photos de détails de choses qui font que j’apprécie le Portugal. Cette liste n’est pas exhaustive.

Qui

Va éteindre ses lumières, ce soir ?

Vraiment fini, on est en novembre

Je n’ai plus une seule affaire d’été dans mon armoire.

Lucidité

Comment se fait-il que certaines personnes soient totalement dénuées de lucidité sur elles-mêmes ? Un abîme peut exister entre l'image que l'on pense véhiculer et celle que l'on envoie vraiment. Nous ne sommes jamais objectifs sur nous-mêmes. Un tel écart, nous aide-t-il à vivre en société ?