Essais de patisseries

Avec un pote, une fois par mois,
environ, on s’offre une super pâtisserie.
Nous avons déjà testé :
deux fois, pain de sucre ;
les trois chocolats ;
Stohrer ;
Michalak.
Vivement le mois prochain.

C’est un moment à nous.
On trouve le bon endroit.
On s’installe.
On déguste.
On papote de tout et de rien.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : https://www.banalitescunegonde.fr/trackback/2899

Fil des commentaires de ce billet

Articles consultés récemment

Pour qui voter le 26 mai

Je suis allée donner procuration, car je ne serai pas dans mon village pour voter. Mais pour qui voter ? Peut être pour une petite liste ? Si vous cliquez sur la photo, elle s’agrandit.

Ma migraine pascale et la 2.9.1

La première est partie. La deuxième est arrivée. Pour la première je sens le changement. Pour la deuxième, je contaste que tout va bien.

Vous ne pouvez imaginer pas...

à quel point il est bon de PISSER après trois quarts d'heure de retenue la vessie pleine!!

Écouteurs

Maintenant que je vais recevoir mes écouteurs bluetooth pour regarder, tranquille, des séries, dans le bus, le métro remarche. Mais c’est quoi cette grève qui ne peut pas être emmerdante jusqu’au bout !

Le choix de la fin de vie

Les suicides en couple de ces 2 couples dont la presse a parlé m’ont profondément touchée. Je suis pour que nous ayons le choix de notre fin de vie. Il y a quelques années, le suicide me choquait, me perturbait. Maintenant, la vie aidant, je me suis assouplie. Notre dignité doit exister même dans la mort. Nous devons avoir la possibilité de nous tuer si la vie ne répond plus à « notre besoin de vie ». Si la qualité de notre vie n’est plus là. À quoi bon ? Je ne pense qu’aux personnes qui choisissent le suicide comme fin de vie à cause de la maladie, d’une souffrance insupportable. Je pense que si l’euthanasie était légale, certains auraient eu une mort plus sereine. J’ai conscience que mes mots peuvent choquer, mais c’est de la souffrance que j’ai ressentie lorsque j’ai appris que l’un de ces deux couples s’est tué avec un sac en plastique sur la tête.