Ma crise de la soixantaine

Comme toutes mes grandes crises,
je les fais en avance.
J’ai réalisé en parlant à des ami⸱es
que j’avais peur de mes 60 ans à venir,
comme si à 60 ans tout s’arrête.
La fin de ma vie.
Cela est fou, je sais.
Mon premier cap a passé a été 53 ans,
l’âge auquel ma mère est morte.
60 ans est l’âge que ni père, ni mon frère ont passé.

Commentaires

1. Le mercredi 28 avril 2021, 08:10 par mirovinben

Mais tu es encore une jeunette !

(Signé par un bientôt septuagénaire)

2. Le mercredi 28 avril 2021, 13:11 par Anthom

Vous n’êtes que des bébés!

3. Le mercredi 28 avril 2021, 13:46 par Otir

Il n’y a ni rime ni raison à ce genre de peur, je suis comme toi et le reconnais humblement. Ces caps une fois passés, et ils redeviennent les chimères qu’ils étaient de toute manière !

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : https://www.banalitescunegonde.fr/trackback/2891

Fil des commentaires de ce billet

Articles consultés récemment

#Iwak 29

Portées ou enlevées dans le train ?

Trajet.jpg, nov. 2020

Trajet

Ils sont optimistes 4 jours et 7h à pied entre mon village et Paris.

#Iwak 22

Chef cuisinier, c’est ce que veut faire Petit Neveu, ou détective privé.

Je vais chez le coiffeur, j'assiste à une leçon sur l'indépendance

Sur les conseils d’Isaparis, je vais chez son coiffeur. On me lave la tête, mais le coiffeur est parti déjeuner. Il arrive 1/2 heure plus tard. Non je n’étais pas énervée. Il a pris les ciseaux et a commencé ma coupe. Avant de finir, il a expliqué à son apprentie qu’elle devait apprendre un métier. Elle devait être indépendante de son mari. Demain il pouvait ne plus être là.

Faut pas gâcher

Une femme pleure, de mul­ti­ples rai­sons peu­vent en être la cause. Je me fais un film. Pen­dant ce temps, cette per­sonne prend un mou­choir en papier. Elle l’imbibe sur toute sa sur­face, le plie en qua­tre. Elle se pen­che et essuie ses mocas­sins. Une fois, ceux-ci pro­pres, elle va s’asseoir. Après quel­ques ins­tants, ses yeux sont de nou­veau secs.