Mon rêve était bien fini

J’étais en plein rêve bizarre.
Mon téléphone sonne.
Je décroche, on me parle.
“Je vous avais dit que
je vous donnerai
des nouvelles de madame Idriss”.
Je me suis entendue dire
mais c’est pas moi.
On m’a parlé, et j’ai raccroché.
J’ai regardé mon téléphone,
l’indicatif était 262,
c’est le Wisconsin.
Il était 7h04.

Commentaires

1. Le vendredi 19 février 2021, 10:09 par Pablo

Ils ont attendu
qu’il soit minuit
au Wisconsin.

2. Le vendredi 19 février 2021, 19:13 par virevolte

Waouh ! ça doit faire bizarre ! moi, j’éteins mon téléphone quand je dors ! ;)

3. Le samedi 20 février 2021, 21:20 par Cunégonde

Il s’éteint tout seul de 22h à 6h, si on m’appelle plusieurs fois, il sonne. À 7h, il sonne !

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : https://www.banalitescunegonde.fr/trackback/2848

Fil des commentaires de ce billet

Articles consultés récemment

Short (bis)

Les shorts des pongistes sont beaucoup moins agréables à voir que ceux des handballeuses.

Je me suis trompée d'heure

Je me suis trompée d’une heure, pour embaucher. Du coup, j’écoute Jeanne Added, dans le square des Abbesses. Si vous cliquez sur la photo, elle s’agrandit.

Tentative de liberté

On m’a libéré de mes boules et guirlandes. On m’a tiré pour me mettre avec des potes,en plein air. Demain on s’évade. En décembre, je ferai gaffe pour ne pas me faire reprendre, et à nouveau me retrouver avec des guirlandes et des boules. 366, un jeu remis au goût du jour par Gilsoub

Je ne fraude pas, mais ... ter

En fait, hier j’ai cru acheter 2 billets, mais rien du tout. Ce matin, quand j’ai voulu passer, impossible. Je vais voir au distributeur, il me restait 70 cents. J’ai redemandé. J’ai bien acheté 2 billets. Et aujourd’hui, comme je prenais le métro, j’ai payé.

Pas si fichue que ça

Je trouvais que Bertha ma mini fougère n’avait pas apprécié mes vacances, pendant celles-ci, je l’avais mise dans une grande casserole pleine d’eau. Comme cela elle était arrosée. Pour Hubert, le lierre, j’avais opté pour un embout que l’on visse à une grande bouteille peine d’eau que l’on enfonce ensuite dans la terre. Ce système s’est avéré très efficace. Pour Bertha, il ne convenait pas, son pot est trop petit. Bref, je pensais que Bertha était au plus mal. Je l’ai mise à la poubelle. J’ai étudié le chemin avec le moins de marche à cause de mon orteil, et hop direction un marchand de plantes ouvert tout le temps. Arrivée là-bas, je cherche les fougères, Elles étaient en moins bonne forme que Bertha. J’ai pris un Arthur, un asparagus. Il ira sur le nouveau frigo qui arrive demain. Une fois rentrée chez moi, une crise de culpabilisation aigüe m’a conduite à sauver Bertha du gouffre de la poubelle (un sac en plastique que donne le fruitier sur le marché.) Je l’ai rempotée, arrosée, remise à sa place. J’espère juste qu’elle ne soit pas rancunière.