photo

Il m’arrive de regarder une photo,
et de me dire,
j’aurais adoré la faire !

Commentaires

1. Le jeudi 12 mars 2020, 07:24 par mirovinben

Moi aussi !…

2. Le jeudi 12 mars 2020, 09:04 par Ginou

Moi aussi ….très souvent vu les merveilles que publient certains blogueurs ;-)

3. Le jeudi 12 mars 2020, 10:22 par Gilsoub

Ah ben tout pareil, et puis il ya aussi les photos que je n’ai pas pu faire (et que personne n’a faite) parce que pas d’appareil, ou pas le reflex ou…

4. Le jeudi 12 mars 2020, 21:35 par Cunegonde

Je me souviens très nettement d’une photo que j’ai faite dans le métro à New York avec mon note 9, celui que je me suis fait volé !

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : https://www.banalitescunegonde.fr/trackback/2572

Fil des commentaires de ce billet

Articles consultés récemment

Dotclear

Bon anniversaire.

Le choix de la fin de vie

Les suicides en couple de ces 2 couples dont la presse a parlé m’ont profondément touchée. Je suis pour que nous ayons le choix de notre fin de vie. Il y a quelques années, le suicide me choquait, me perturbait. Maintenant, la vie aidant, je me suis assouplie. Notre dignité doit exister même dans la mort. Nous devons avoir la possibilité de nous tuer si la vie ne répond plus à « notre besoin de vie ». Si la qualité de notre vie n’est plus là. À quoi bon ? Je ne pense qu’aux personnes qui choisissent le suicide comme fin de vie à cause de la maladie, d’une souffrance insupportable. Je pense que si l’euthanasie était légale, certains auraient eu une mort plus sereine. J’ai conscience que mes mots peuvent choquer, mais c’est de la souffrance que j’ai ressentie lorsque j’ai appris que l’un de ces deux couples s’est tué avec un sac en plastique sur la tête.

Rêve masqué

J’ai rêvé que je sortais sans masque. Ça m’en a réveillé.

Jamais dans la rue

J’attendais un ami. Une personne avec un gilet CARE, m’aborde, elle voulait 2 minutes de mon temps. Je lui dit : jamais dans la rue. Elle me demande s’il y a moyen de changer, d’évoluer. J’ai acquiescé et ajouté oui, mais jamais dans la rue.

Quel con

En allant me balader, j’aperçois, bien ranger contre un arbre, des objets qui manifestement sont déposé là, plus pour être donné que pour être jeté. En rentrant, je m’aperçois qu’un chien avait pissé dessus. Mais quel con ! Le propriétaire du chien plus que le chien.