Juste de l'humour

Je me fais interpeller par un gendarme
vers 15h45 place de la Madeleine,
il m’a demandé d’ouvrir mon sac à dos.
On ne voyait que ma veste.
Il m’a ensuite demandé si
j’avais un gilet jaune,
j’ai répondu en disant :
” vous rigolez”!
Il a continué en me disant :
” sans rigoler, vous avez un couteau “?
Je lui ai dit :
” je n’ai pas de lance-roquette.”
Il m’a laissé partir.
J’ai toujours un couteau
dans mon sac à dos.
En ce moment, c’est un london

Commentaires

1. Le dimanche 22 septembre 2019, 14:33 par Gilsoub

Il était pas trop méchant, moi j’ai toujours mon couteau suisse à la ceinture, une fois dans le métro la sécu RATP m’a arrêté pour me demander si c’était bien un couteau, j’ai répondu que oui, pourquoi ? c’est interdit ? il m’ont dis : non, mais faite attention… (de quoi ? que je me coupe ?) et ils m’ont laissé repartir !

2. Le jeudi 26 septembre 2019, 08:51 par Obni

Dans quel monde vit-on ? En quoi le fait de porter un GJ est-il illégal ! Je me demande si la réglementation routière ne va pas changer pendant qu’on y est… peut être devra-t-on posséder un système électronique issue en cas d’accident avec une puce électronique pour voir nos sensibilités sensorielles par exemple.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : https://www.banalitescunegonde.fr/trackback/2482

Fil des commentaires de ce billet

Articles consultés récemment

Règles

Elles sont arrivées un jour sans crier gare. J’avais 9 ans. Je ne comprenais pas pourquoi j’avais une tache de sang dans ma culotte, ni pourquoi Nanou (ma sœur qui a un an de plus que moi) n’avait pas eu ça. Une injustice. S’en est suivi les seins, les soutiens-gorges, les migraines que des trucs de filles qui ne me plaisent toujours pas. J’ai toujours les seins, les soutiens-gorges, de temps en temps les migraines. Je n’ai plus mes règles depuis 4 mois. Elles partent comme elles arrivent. C’est aussi perturbant. J’ai à la place des sueurs nocturnes, avec tout le questionnement qui va avec. Il ne me manquait plus que ça. Vu ce que j’ai lu, On ne se débarrasse pas des sueurs nocturnes facilement. À la Marche des fiertés (pas cette année) sur une pancarte était écrit « je fais ce que je veux de mon corps. » J’ai plutôt la sensation que mon corps se joue de moi, que je dois m’adapter pour vivre au mieux les événements qui caractérisent ce cap.

Herbes folles

Dans un parc, je n’ai pas vu une jachère mais un espace de végétation spontanée.

Haruki Murakami 1Q84 ◆2

« C’était le lieu où il devait se perdre. C’était un lieu qui n’était pas de ce monde, qui n’avait d’existence que pour lui-même. Désormais, et pour l’éternité, aucun train ne s’arrêterait à cette gare pour le ramener dans son monde d’origine. »

À chacune son doigt

Pour écrire sur mon smartphone, j’utilise mes deux pouces. En face de moi, elle se sert de son petit doigt gauche.

Postéromanie

Grand bien m’en fasse, je suis assez éloignée de cette envie. Je pense que je n’aurais pas fait une bonne mère. Je suis trop angoissée pour Ma participation aux Obsolètes à prise rapide