On fait mieux comme préparation

Un examen professionnel
avec une alvéolite.
J’espère que le paracétamol
me donnera des ailes de 14h à 16h30.

Commentaires

1. Le jeudi 16 mai 2019, 15:00 par mirovinben

Il est 15h00…
Probablement trop tard pour renforcer les effets bénéfiques du paracétamol… Mais il reste encore 1h30.

2. Le jeudi 16 mai 2019, 20:23 par Cunégonde

Merci, je n’ai pas eu. C’était difficile.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : https://www.banalitescunegonde.fr/trackback/2414

Fil des commentaires de ce billet

Articles consultés récemment

manger, boire, fumer, respirer, consommer

Manger, m’occupe trop. Boire, je dois me forcer à boire, un litre et demi d’eau par jour. Fumer, j’ai arrêté depuis 14 ans, maintenant. Respirer, difficile parfois avec le masque. Consommer, l’essentiel doit composer nos paniers. 366, un jeu remis au goût du jour par Gilsoub

Ma crise de la soixantaine

Comme toutes mes grandes crises, je les fais en avance. J’ai réalisé en parlant à des ami⸱es que j’avais peur de mes 60 ans à venir, comme si à 60 ans tout s’arrête. La fin de ma vie. Cela est fou, je sais. Mon premier cap a passé a été 53 ans, l’âge auquel ma mère est morte. 60 ans est l’âge que ni père, ni mon frère ont passé.

epi13022011.jpg

Épi le 13 février 2011

pour Samantdi

Le plaisir de photographier (1)

En premier lieu, avoir le plaisir de détenir un support pour m'exprimer. Photographier pour moi, c'est montrer donc c'est m'exprimer. Un vendredi soir, mon père est entré dans la maison avec une boîte contenant un zénith. Cet appareil était pour ma mère. Je crois qu'elle ne s'en est jamais servi. Naturellement, il s'est retrouvé entre mes mains. J'ai appris avec lui à faire des photos. Cela a duré une bonne dizaine d'années. Le fait d'avoir pris la dernière photo de ma mère m'a tellement bouleversée que je ne voulais plus photographier. Mon zénith m'a donné la possibilité de traduire ma vision des choses. Dès le début, j'ai acquis beaucoup de défauts. Ma culture photographique m'a ouvert les yeux. Voir et revoir des photographies dans des livres, puis dans des expos, aiguisent l’œil. Une rencontre avec A. (un passionné) de multiple discussions, un nouveau boîtier est arrivé entre mes mains un nikon F3. A. m'a fait travailler la photographie comme je ne l'avais encore jamais fait. Je devais tout noter de mes séances de prise de vue. Quel diaphragme, quelle ouverture pour quel effet recherché ? Je n'utilisais qu'un 50mm. Sinon, je crois qu'il aurait fallu que je commente mon choix du caillou. Pour une photo que je pensais être bonne, je devais lui expliquer ce que je voulais montrer, et comment j'avais réussi à le retranscrire. Maintenant, je travaille soit seule, soit avec B. L'exigence de notre travail en commun me permet de progresser. La prise de vue est mon premier plaisir lorsque je construis une photographie. Le plaisir est aussi dans le fait que quand le doigt appuie sur le déclencheur rien ne peut présager qu'il s'agira d'une photographie ou d'une banale image.

Piscine⊙24

Aujourd’hui 14 longueurs, il y avait du monde. Des bras, des jambes me touchaient J’ai mis 6 longueurs pour me sentir bien. Ma brasse n’est certes pas accadémique, pourtant ma respiration va mieux. Chaque chose en son temps.