Tant de violence ◇2

J’écoutais le discours d’Aissa Doumara Ngatansou
quand elle a reçu le prix Simone Veil.
Cette histoire qu’elle raconte sur cette jeune femme
qui a vu son fils égorgé,
ainsi que son mari.
Le sang de ce dernier a été recueilli dans un récipient,
et on l’a forcé à le boire.
En pleurant, je me suis demandée
dans quel monde nous vivons.
Comment agir contre une telle violence ?

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : https://www.banalitescunegonde.fr/trackback/2386

Fil des commentaires de ce billet

Articles consultés récemment

Dimanche 38

Si vous cliquez sur la photo, elle s’agrandit. J’ai pas commencé à les remplir. J’ai fait un rangement.

Dimanche 40

Si vous cliquez sur la photo, elle s’agrandit. Ne vous y prenez pas au dernier moment.

Précarité

Je m’interroge sur la précarité de l’amitié.

Mauvais spécialiste

À 11h30 toujours pas de docteur pour machine à laver. Je lui passe un coup de fil, il fallait que je lui revoie mon adresse par sms. Et il voulait le code de l’interphone et mon numéro d’appartement. Mais je n’étais toujous pas sûre qu’il viendrait. Je finis pas lui donner le code de mon appartement. 10 minutes plus tard, L’interphone sonne, je décroche. J’entends : “c’est le technitien.” Je lui dit que je vais le chercher. J’arrive sur la rue personne. Je suis restée très dubitative, avec plein de questions, à savoir que pouvait-il faire avec mon nom et mon adresse complète

Pour un portrait de moi

Il vous suffit de lire ce blog. Facile. Ma participation aux chansons à prise rapide Ce mois-ci Anne Sylvestre