Andres Serrano

Hier, à 9h, je suis allée récupérer
un livre d’Andres Serrano.
J’ai été étonnée qu’à
l’heure du petit déjeuner
on me laisse entrer dans leur intimité,
et échanger des banalités.
Il me semble que c’était ni le lieu,
ni l’heure, ni l’auteur

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : https://www.banalitescunegonde.fr/trackback/2089

Fil des commentaires de ce billet

Articles consultés récemment

Brève de gouines ayant dépassé l'âge de procréer

Vu notre âge, on ira pas en Belgique pour ça. ( la PMA)

Non

Monsieur A reproche à monsieur B de commencer toutes ses phrases par non.. Monsieur B réplique : NON… Les personnages et les situations de ce récit étant purement fictifs, toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite.

Ça fait lontemps que

Si vous cliquez sur la photo, elle s’agrandit. Je n’en avais pas vu, je les ai vu dans le métro.

Ma vie trépidente dans la forêt

J’y ai mangé des fraises des bois. J’y ai vu un chevreuil. J’y ai vu un lièvre. J’y ai trouvé de nouveaux chemins.

Je suis allée au Bal

Nouveau lieu à Paris consacré entièrement à la photographie documentaire. J'ai connu cette impasse pourrie, il valait mieux ne pas s'y attarder la nuit venue. Des pavés en verre éclairés guident nos pas jusqu'à l'entrée. J'ai aimé ce lieu dès que j'ai poussé la porte. Murs blancs, sols béton cirés gris ; sobre et accueillant. Les hôtes sont agréables, la sensation d'être invité nous fait comprendre que nous nous y rendons pas par hasard. Je ne vous parle même pas de l'expo. Vous pouvez y aller juste pour y prendre un verre, goûter, les scones sont merveilleux accompagnés de leur confiture de framboise.