Toucher

J’ai touché des poissons,
à l’aquarium de Paris.
C’est rigolo

Commentaires

1. Le vendredi 13 mai 2016, 22:12 par Franck

Les petites raies ? C’est tout doux je trouve !

2. Le samedi 14 mai 2016, 10:05 par Cunégonde

Non, je pense que ce sont des carpes japonaises. Même si je sais que ça n’a pas de dents, je ne les ai pas laissées tenter de tester mes doigts, la prochaine fois.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : https://www.banalitescunegonde.fr/trackback/1981

Fil des commentaires de ce billet

Articles consultés récemment

La vie est belle

Ce matin, vu la météo, j’ai choisi d’aller marcher, je pensais que cet après-midi, il pleuvrait. Arrivée dans la forêt, j’ai vu une biquette (comme on dit ici), il s’agit d’un jeune chevreuil. Plus loin, sa mère a disparu dès qu’elle m’a vue. La côte montée, une fraise sauvage m’attendait. Un chemin impraticable m’obligea à changer mes plans. Sur le bord d’un fossé, un cèpe suicidaire se retrouva entre mes mains enjouées. Je n’en croyais pas mes yeux. La pluie commença très fine, à recouvrir mes cheveux. Elle ne me quitta pas durant trois kilomètres. Je suis rentrée trempée, une bonne douche me réchauffa. Je suis ravie de ma matinée.

313

C'est un chiffre que j'aime. Je suis ravie.

Une inconnue peut en cacher une autre.

J'avais rendez-vous avec Corinne, au parc du Luxembourg. Je ne l'avais jamais vu, Je ne me souvenais plus de sa description. Je me trompe dans les RER. Je lui envoie un texto pour lui annoncer mon retard possible. Elle me répond qu'elle m'attend. J'allonge le pas, je suis à l'heure. A l'endroit dit, à l'heure donnée, Corinne est là. Nous nous disons bonjour. On va boire un café. Au fil de la discussion, environ vingt minutes plus tard : " tu es bien Nathalie ? ", " non ! " " Tu n'es pas Corinne. " Non ! " Nos inconnues ensembles à nous attendre. Après m'être perdue dans le parc, j'ai réussi à rejoindre l'inconnue avec qui j'avais rendez-vous.

Fête des voisins

Nous étions une cinquantaine. C’était bon enfant. J’avais amené ce que j’étais capable de cuisiner, à savoir des canettes de coca et des abricots. Un jeune enfant vient vers moi. Il me tend les bras, je le prends, son comportement m’intriguait. Il est handicapé Plusieurs fois, il est venu vers moi. Je me suis fait un copain. Son père était content qu’il aille vers quelqu’un. Les autres enfants ne jouaient pas avec lui. Monde cruel de l’enfance.

Il faut vraiment voter PS

Le mariage de ma nièce est tout en symbole. Une lesbienne en couple a attrapé le bouquet. Une autre, d'un autre couple a eu la jarretière.