Brève de feinéante

Tous ces gens qui courent
ça me fatigue.

Commentaires

1. Le lundi 11 janvier 2016, 06:24 par mirovinben

C’est pareil pour moi. Surtout quand je suis assis. :-)

Et même si elles me soulent aussi, je préfère voir le balais ballet des mésanges autour de la mangeoire et des boules de graisse-graines. J’en décompte jusqu’à 10 qui se précipitent depuis les arbustes proches et se font plus ou moins des politesses devant la nourriture ou s’y mettent à 2 voire 3 pour picorer.

Bilan, si je me laisse faire : 2 boules tous les 2 jours et, quotidiennement, 300 g de graines de tournesol…

2. Le lundi 11 janvier 2016, 10:17 par Anthom

Y a un truc: cela fait deux fois que je mets un commentaire qui ne passe pas! Je dois trop courir

3. Le lundi 11 janvier 2016, 17:11 par Cunégonde

MDR

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : https://www.banalitescunegonde.fr/trackback/1908

Fil des commentaires de ce billet

Articles consultés récemment

Masque Boston

Il est juste recommandé partout mais beaucoup le porte même dans la rue.

B4_p.jpg

Shea Justice

Son travail m’a terriblement touché. Cet artcle explique son travail : https://gregcookland.com/wonderland/2021/10/05/shea-justice/

Jour 30 du déconfinement

Plus de monde que la semaine dernière dans le métro, plus de personnes au travail ? Je vais jusqu’à Madeleine, le soir pour rentrer. Vingt minutes de marche et un changement en moins. Au Bouillon, c’était tartiflette. En ce moment, il faut que Je fasse ma gamelle. J’ai fait 15609 pas et monté une soixantaine de marches. Depuis le début de mon confinement, j’ai une moyenne quotidienne de 7622 pas. C’est peu.

Flash■3

Deux cygnes, leurs longs cous en avant, passent de concert sous le pont de Sully.

Désorientation

Avec une amie, nous décidons d’aller à Montreuil depuis Les Halles. Elle me dit de toute façon, on va à l’Est. Ce à quoi, je réplique : “tu sais où est l’Est toi ?” Elle me répond : “attends, je sors mon téléphone.”