Karaté

Je sais pas si j’aurais pu pratiquer.
Un sport de combat où
les coups ne sont pas portés,
ne m’intéresse pas.

Commentaires

1. Le vendredi 24 avril 2015, 08:34 par mirovinben

Il me semble que c’est plus un combat contre soi même avec un contrôle maximal de ses pulsions, qu’un combat contre l’autre.

2. Le vendredi 24 avril 2015, 08:57 par Cunégonde

Comment sait-on que l’on a gagné le combat ?

3. Le vendredi 24 avril 2015, 10:43 par mirovinben

Jamais…

Du moins c’est mon point de vue, en phase (si j’ai bien compris) avec l’état d’esprit nippon.

4. Le vendredi 24 avril 2015, 13:29 par Cunégonde

À quoi cela sert de se battre si on a rien à gagner puisque l’on ne sait pas
quand on gagne et si on peut gagner ?

5. Le vendredi 24 avril 2015, 15:41 par mirovinben

A quoi ça sert ? Faut-il que ça serve à quelque chose ?

Je vois au moins un chemin vers l’épanouissement personnel et une maîtrise sans cesse perfectible de soi. Sans fin mais pas sans but ni récompense.

Est-ce que ça se voit que je déteste la compétition ? :-)

6. Le vendredi 24 avril 2015, 17:01 par Cunégonde

L’épanouissement est un but, le graal suprême, pour lequel je peux accepter un combat.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : https://www.banalitescunegonde.fr/trackback/1682

Fil des commentaires de ce billet

Articles consultés récemment

Essais de patisseries

Avec un pote, une fois par mois, environ, on s’offre une super pâtisserie. Nous avons déjà testé : deux fois, pain de sucre ; les trois chocolats ; Stohrer ; Michalak. Vivement le mois prochain. C’est un moment à nous. On trouve le bon endroit. On s’installe. On déguste. On papote de tout et de rien.

Très dur

De garder de l’amitié pour une personne quand au plus profond de soi, on sent qu’il est coupable.

photo

Il m’arrive de regarder une photo, et de me dire, j’aurais adoré la faire !

Dotclear

Bon anniversaire.

Le choix de la fin de vie

Les suicides en couple de ces 2 couples dont la presse a parlé m’ont profondément touchée. Je suis pour que nous ayons le choix de notre fin de vie. Il y a quelques années, le suicide me choquait, me perturbait. Maintenant, la vie aidant, je me suis assouplie. Notre dignité doit exister même dans la mort. Nous devons avoir la possibilité de nous tuer si la vie ne répond plus à « notre besoin de vie ». Si la qualité de notre vie n’est plus là. À quoi bon ? Je ne pense qu’aux personnes qui choisissent le suicide comme fin de vie à cause de la maladie, d’une souffrance insupportable. Je pense que si l’euthanasie était légale, certains auraient eu une mort plus sereine. J’ai conscience que mes mots peuvent choquer, mais c’est de la souffrance que j’ai ressentie lorsque j’ai appris que l’un de ces deux couples s’est tué avec un sac en plastique sur la tête.