Le choix de la fin de vie

Les suicides en couple de ces 2 couples dont la presse a parlé m’ont profondément touchée. Je suis pour que nous ayons le choix de notre fin de vie. Il y a quelques années, le suicide me choquait, me perturbait. Maintenant, la vie aidant, je me suis assouplie. Notre dignité doit exister même dans la mort. Nous devons avoir la possibilité de nous tuer si la vie ne répond plus à « notre besoin de vie ». Si la qualité de notre vie n’est plus là. À quoi bon ?

Je ne pense qu’aux personnes qui choisissent le suicide comme fin de vie à cause de la maladie, d’une souffrance insupportable. Je pense que si l’euthanasie était légale, certains auraient eu une mort plus sereine.

J’ai conscience que mes mots peuvent choquer, mais c’est de la souffrance que j’ai ressentie lorsque j’ai appris que l’un de ces deux couples s’est tué avec un sac en plastique sur la tête.

Commentaires

1. Le vendredi 29 novembre 2013, 12:43 par mirovinben

Je ne suis pas choqué par tes propos. Même que je les partage complètement. D'autant plus que je conteste aux bien-pensants en pleine force de l'âge le pouvoir d'imposer leur vision du "tu ne tueras point" aux personnes souffrantes et en fin de vie.

2. Le vendredi 29 novembre 2013, 19:50 par samantdi

Entièrement d'accord. Je pense que je serais même capable de me lancer dans une action militante pour défendre cette loi.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : https://www.banalitescunegonde.fr/trackback/1266

Fil des commentaires de ce billet

Articles consultés récemment

Rêve masqué

J’ai rêvé que je sortais sans masque. Ça m’en a réveillé.

Jamais dans la rue

J’attendais un ami. Une personne avec un gilet CARE, m’aborde, elle voulait 2 minutes de mon temps. Je lui dit : jamais dans la rue. Elle me demande s’il y a moyen de changer, d’évoluer. J’ai acquiescé et ajouté oui, mais jamais dans la rue.

Quel con

En allant me balader, j’aperçois, bien ranger contre un arbre, des objets qui manifestement sont déposé là, plus pour être donné que pour être jeté. En rentrant, je m’aperçois qu’un chien avait pissé dessus. Mais quel con ! Le propriétaire du chien plus que le chien.

Ma crise de la soixantaine

Comme toutes mes grandes crises, je les fais en avance. J’ai réalisé en parlant à des ami⸱es que j’avais peur de mes 60 ans à venir, comme si à 60 ans tout s’arrête. La fin de ma vie. Cela est fou, je sais. Mon premier cap a passé a été 53 ans, l’âge auquel ma mère est morte. 60 ans est l’âge que ni père, ni mon frère ont passé.

Trajet.jpg, nov. 2020

Trajet

Ils sont optimistes 4 jours et 7h à pied entre mon village et Paris.