Dimanche 31

Si vous cliquez sur la photo, elle s’agrandit.

1378666687252p.jpg

C’est mon premier essai
de l’application Photoshop Touch for phone,
c’est sympa, marrant,
ça reste une appli photo à 4€99.
Il va falloir que je pratique plus.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : https://www.banalitescunegonde.fr/trackback/1191

Fil des commentaires de ce billet

Articles consultés récemment

Détail dans le bus. 1

Si vous cliquez sur la photo, elle s’agrandit.

Je ne sais toujours pas

Quand j’avais 20 ans, j’avais des rêves plein la tête, j’en ai toujours autant, et je ne sais toujours pas ce que je veux faire dans la vie. Je vais de poste en poste, en évoluant un peu à fois, et en me demandant souvent si je vais y arriver, et si je suis à ma place.

Non, je ne souffre pas

De cataglottisme même s’il m’arrive de participer aux obsolèles. Ma participation aux Obsolètes à prise rapide

À cause que

Je me souviens que l’on se faisait gronder à l’école, quand on utilisait cette conjonction. Ma participation aux Obsolètes à prise rapide

La colère du clic-clac

Mon clic-clac est un vieux grincheux. Il faut dire qu’il a déjà subi Bombarde, que là il partage mon appartement avec Épi et Fil. Les griffes de mes bestioles ne l’ont pas épargné le pauvre. Je prends soin de lui. Je le recouds si nécessaire. Quand j’ai eu Épi, j’ai réfléchi au fait de changer de clic-clac. J’ai fait le choix de le garder. Je lui ai même acheté une nouvelle couette. Celle-ci s’est avérée être une bonne protection pour la couette initiale. En effet, j’ai gardé la couette originelle, elle est de très bonne qualité. Très épaisse et en coton assez résistant, mieux que celle qui devait la remplacer. Ma nièce et une de ses amies sont venues. Elles ont dormi dans mon clic-clac. Ce matin, j’ai défait le lit et voulu remettre en position assise, rien à faire, il restait en position lit. Pourtant j’avais bien repéré un nouvel endroit à recoudre. Pour ce faire, j’avais regardé dans ma boîte à couture s’il me restait du coton pour raccommoder cela. J’avais même pris la décision d’enlever le tissu marron qui recouvrait sa partie basse. Mon clic-clac demeurait en position lit. Mon mètre en main, je mesure pour en acheté un neuf. J’étais contrainte à cette dure réalité. Une dernière fois, j’essaie de le remettre en position assise. Il avait fini sa crise.