Pour ma dernière marche de ces vacances-ci.

J’ai vu un lièvre,
j’ai fait peur à un écureuil,
J’ai mangé une cinquantaine de fraises des bois.
J’étais ravie.

Commentaires

1. Le dimanche 16 juin 2013, 22:34 par Ed

Tu sais pourquoi les fraises des bois sont rouges ?
Pour pas qu’on les confondre avec des écureuils !

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : https://www.banalitescunegonde.fr/trackback/1092

Fil des commentaires de ce billet

Articles consultés récemment

Faut pas gâcher

Une femme pleure, de mul­ti­ples rai­sons peu­vent en être la cause. Je me fais un film. Pen­dant ce temps, cette per­sonne prend un mou­choir en papier. Elle l’imbibe sur toute sa sur­face, le plie en qua­tre. Elle se pen­che et essuie ses mocas­sins. Une fois, ceux-ci pro­pres, elle va s’asseoir. Après quel­ques ins­tants, ses yeux sont de nou­veau secs.

Piscine⊙35

J’ai commencé il y a 2 ans, aujourd’hui, vers 8h.

Un évènement particulier

Ce week-end, j'ai fait l'aller-retour, pour fêter le siècle de ma sœur et de mon beau-frère. Je ne suis pas une fêtarde, je n'aime pas les trucs où il faut danser, participer à des animations plus niaises les unes que les autres. Je n'aime pas non plus les repas familiaux. Le paradoxe veut que je ne puisse voir certains membres de la famille que pendant ce genre de manifestations. Des amis à eux étaient aussi invités. Je les connaissais tous, sauf deux. Un m'énerve dès que je le vois. À chaque fois, il ne perd rien pour me lancer des piques. J'y réponds bien que je sache que l'indifférence serait la meilleure réplique. L'ironie ou le cynisme sont contre lui mes armes. Là, je lui rappelais énergiquement que je vivais comme je voulais que je me coucherais quand je voudrais. Il répliqua qu'à évènement exceptionnel comportement exceptionnel. Depuis quand avoir 50 ans est-il exceptionnel ? Vieillir, nous le faisons tous les jours dans une banalité sirupeuse. Certains, à un instant donné de leur vie, lèvent la tête et croient qu'ils ont atteint un âge qui mérite l'émerveillement, l'étonnement... Jamais je n'ai eu le besoin de ne fêter aucun de mes anniversaires. J'apprécie que l'on me souhaite un bon anniversaire, mais cela s'arrête là. Pour mes 100 ans, ce sera différent.