Les gourmands

Le jardinage, c’est comme le vélo
ça ne s’oublie pas.
J’ai enlevé les gourmands
aux pieds de tomates de ma sœur.

Commentaires

1. Le vendredi 7 juin 2013, 13:05 par mirovinben

N’oublie pas non plus ceux qui poussent aux angles formés par chaque “branche” et sa “branche” d’origine…

2. Le vendredi 7 juin 2013, 16:09 par Cunégonde

Je n’ai rien oublié.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : https://www.banalitescunegonde.fr/trackback/1074

Fil des commentaires de ce billet

Articles consultés récemment

Activité/août

Si vous cliquez sur les photos, elles s’agrandissent.

Photographier

Photographier, pour moi, n'est pas un substitut à la mémoire. Ce n'est pas juste créer des images qui vont servir de catalogues de souvenirs. Ce n'est pas simplement appuyer sur un bouton puis archiver ces clichés dans des albums ou sur des disques durs. Photographier, c'est montrer donc s'exprimer. C'est mettre en évidence ce que je vois, et transcrire ce regard porté à ce moment précis. Photographier est un acte solitaire, égoïste. Pour que naisse une photographie d'une prise de vue, tout le travail requis, repose sur mes choix, mes décisions, mes seules interprétations de la couleur, des contrastes, de la densité, de la préférence de l'instant de déclenchement... Que sais-je encore ? Photographier, c'est donner. Le seul moment de partage est l'exposition, que celle-ci soit sur des cimaises dans une galerie, sur des grilles dans un endroit public, ou juste sur une galerie web. La photographie est offerte. C'est un aboutissement. Le moment où mes photographies ne sont plus qu'à moi.

Non mais

Je vais faire du tourisme à 1h30 de train de Paris. Je stresse autant que quand je prends l’avion pour aller de l’autre côté de l’océan. On se refait pas, même si j’y travaille.

Sabine Weiss

Je suis allée voir cette expo avec 2 inconnus. Très sympa, les inconnus, l’expo, et le lieu.

Un sac à main

Il entre en voiture, il est noir, énorme, lourd et épais. Il est porté par une personne qui ne voit pas, et qui ne regarde pas. Être dans son monde au milieu de la foule est très pratique pour s'extraire de cette dure réalité. Je suis en train de lire. Mon livre bouge. J'ai cru qu'il allait entrer en collision avec mon visage. Le sac se baisse, je m'en sers pour appuyer mon bouquin. La personne dont l'épaule porte ce sac réagit en se retournant. Mon grand sourire moqueur, et l'arrivée à ma station ont stoppé net ses réactions.