Véxée, je le suis

Beaucoup rêve qu’on leur tire le portait.
D’accord, je n’avais pas mon D800,
juste mon note 2.
Au fond de ma campagne,
je pensais que cela suffisait.

Non, quand elle m’a vu sortir ce smartphone,
de la poche gauche de mon pantalon de jogging,
elle s’est détournée, et elle est partie.

Mais comment une vache peut
être sensible à ce point
au matériel photo
que j’utilise ?

Commentaires

1. Le vendredi 1 mars 2013, 13:09 par mirovinben

Parce que les vaches sont à la pointe de la technologie. En tout cas, tout le monde le sait dans le pays des montbéliardes et ce n’est pas une parisienne même d’adoption qui peut comprendre cela… y compris hors de la Comté.

Je pense aussi qu’elle était jalouse de ses congénères actuellement au salon de l’agriculture et qui font l’objet (l’objectif) de toutes les attentions.

Blagues (?) à part, merci pour l’éclat de rire à la lecture de la chute.

2. Le vendredi 1 mars 2013, 14:01 par Ed

J’ai cru que la vache avait refusé de te prendre en photo avec un tel matériel !

3. Le vendredi 1 mars 2013, 19:16 par Gilsoub

T’es certaine que ce n’était pas un cheval ? (ben oui, il fallait bien que quelqu’un la fasse !) :-)

4. Le samedi 2 mars 2013, 07:28 par Cristophe

C’est peut-être le pantalon de jogging qui l’a faite fuir.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : https://www.banalitescunegonde.fr/trackback/960

Fil des commentaires de ce billet

Articles consultés récemment

Seydou Keïta

Je suis allée, au Grand Palais, voir l’expo. Ses portraits sont si doux, sa simplicité si parfaite, qu’ils leur donnent une telle puissance que j’en étais émue.

J'ai pris mon pied

Je l’ai reçu, hier. Je me suis empressée de le déballer, de le triturer dans tous les sens, je voulais comprendre comment je pouvais tourner la barre centrale. Puis j’ai testé la rotule avec ses deux petits niveaux. Je pense qu’il va me falloir un temps d’adaptation. Sinon il a l’air pratique. Je verrai dimanche, à moins que le soleil ne fasse son apparition.

Un goût d'été

Je me saoule de cerises. J’en fais aussi des compotes.

Tirelire de crise

L'année dernière le contenu de ma tirelire m'avait permis de passer quelques jours à Bruxelles cette année, il n'en sera rien. Ma tirelire est constituée : d'un bouton; d'une pièce de deux penning; de 104 pièces d'un centime; de 56 pièces de deux centimes; de 54 pièces de cinq centimes; de 80 pièces de dix centimes; de 29 pièces de vingt centimes; de 50 pièces de cinquante centimes; de 25 pièces d'un euro; de 1 pièce de deux euros.

Mes mamies révolutionnaires

Leur conversation m'enchanta. Elles parlaient des grèves et des retraites. Elles raillaient ce gouvernement de « salauds ». Si c'était elles qui menaient le mouvement, elles bloqueraient le pays. Un camion en travers de chaque route, tout le monde en marche vers l'Élysée, et « il » verrait bien que le monde est dans la rue. « Il » ne pourrait pas encore dire qu'il y a de moins en moins de monde. Je me demandais en les regardant, ce qui avait fait qu'elles sortent de leurs gonds. Vu leur âge, elles avaient vécu, d'autres péripéties bien plus graves. Soit, elles étaient aussi plus jeunes, et le contexte n'était pas le même.