Pourquoi un euro de plus ?

Je veux m'acheter, sur le net,
un billet pour aller voir
l'expo de Hopper au Grand Palais.

Quelle ne fut pas ma surprise
quand j'ai vu qu'il fallait que
je paie un euro de plus pour imprimer
ce billet moi-même,
ou pour le télécharger sur mon smartphone.

Commentaires

1. Le mercredi 24 octobre 2012, 13:54 par mirovinben

Hé... bé...

Je sens que ce commentaire n'est pas très éclairant (quoique) ni constructif mais les bras m'en tombent. Donc le clavier s'éloigne de moi.

1€ de plus... pour dissuader et éviter ainsi le licenciement des petites mains qui traitent à la place de l'internaute ?

Ceci dit, me demander mon n° de mobile (je n'en ai pas d'attitré), c'est comme m'inviter à lire un truc sur facebook (je n'y vais jamais même si j'ai ouvert un compte là-bas pour voir et j'ai vu)... Ça sert à rien et arrête immédiatement le dialogue.

2. Le mercredi 24 octobre 2012, 18:39 par C&C

C'est dans l'air du temps, ou plutôt dans l'ère néolibérale où il faut même payer pour travailler. Rien d'étrange donc.

3. Le mercredi 24 octobre 2012, 20:59 par Cunégonde

On paie un euro de plus pour sauver des emplois, c'est pas beau la vie!

4. Le vendredi 26 octobre 2012, 06:50 par Ed

Et quelle est l'option "sans un euro de plus " ?

5. Le vendredi 26 octobre 2012, 12:56 par Cunégonde

Aller sur place.

6. Le samedi 27 octobre 2012, 00:01 par Ed

Mais si tu vas sur place, tu fais la queue avec ceux qui n'ont pas réservé ?

7. Le samedi 27 octobre 2012, 10:33 par Cunégonde

Hé oui !

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : https://www.banalitescunegonde.fr/trackback/844

Fil des commentaires de ce billet

Articles consultés récemment

Deux détails d'une expo sympa au musée Carnavalet

Si vous cliquez sur les photos, elles s’agrandissent. Expo très agréable. Les photos sont faites avec mon smartphone.

Grande découverte cullimnaire

Oui, j’ai découvert les navets longs. Très facile à cuisiner, il faut les peler, les découper très fines rondelles. Au dernier moment, les arroser légèrement d’huile d’olive.

Haruki Murakami 1Q84 ◆2

« C’était le lieu où il devait se perdre. C’était un lieu qui n’était pas de ce monde, qui n’avait d’existence que pour lui-même. Désormais, et pour l’éternité, aucun train ne s’arrêterait à cette gare pour le ramener dans son monde d’origine. »

Bilan rhinopharyngite

2 jours et demie au lit. 14 paquets de kleenex. 3 migraines.

Scred

Je viens d’apprendre ce que ça veut dire.