Le premier tour au village

Dimanche, j'ai pu voter chez moi.
J'ai aussi pu,
comme dans ma jeunesse,
assister au dépouillement.

Nous sommes 441 inscrits.
Il y a eu 268 votants,
et 264 exprimés.

Le FN arrive en deuxième position
avec 61 voix.
Ils sont devant l'UMP.

Commentaires

1. Le mardi 12 juin 2012, 12:12 par Anthom

61 qui ont peur que leur village ne devienne banlieue?

2. Le mardi 12 juin 2012, 13:27 par mirovinben

Sans doute parce que ces 61 pensent faire partie du Fond National...

3. Le mardi 12 juin 2012, 13:57 par Cunégonde

Anthom, une banlieue éloignée de la grande ville quand même.
mirovinben, moi, je le crois. J'espère juste qu'il ne s'agit pas de vieux du village.

4. Le mardi 12 juin 2012, 18:02 par Cristophe

Et qui arrive premier avec combien de voix ?

5. Le mardi 12 juin 2012, 19:36 par C&C

«J'espère juste qu'il ne s'agit pas de vieux du village».Tu t'en fous, ils bientôt finir à l'hospice. Je sens que j'aurais dû anonymer mon com, non? Remarque, ce n'est pas pire que ce que tu dis toi. Les vieux, on le sait, ils perdent la mémoire. Moi, si ce sont des jeunes ça m'inquiète plus.

6. Le mardi 12 juin 2012, 20:51 par Cunégonde

Cristophe, le PS avec 116 voix
C&C, oui mais les vieux du village ont l'habitude de voter PS, alors ça m'énerverait s'ils changeaient à ce pont. En plus, je les connais presque tous. La plupart m'ont vu naître.

7. Le mercredi 13 juin 2012, 06:28 par mirovinben

Les "vieux" ont peur du monde et cherchent à se rassurer. Ce n'est sans doute pas la meilleure façon de procéder mais c'est ainsi. La fin de vie de mon père (90 ans bientôt) me le prouve jour après jour.

8. Le mercredi 13 juin 2012, 10:17 par Cunégonde

Sont ils tous pareil ?

9. Le mercredi 13 juin 2012, 17:03 par Ed

Les votes des villages de mon coins sont désespérants aussi. Va-t-il falloir mettre tout le monde dans les villes pour respirer ? C'est le monde à l'envers.

10. Le mercredi 13 juin 2012, 20:57 par Cunégonde

Il me semble que c'est un replis.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : https://www.banalitescunegonde.fr/trackback/727

Fil des commentaires de ce billet

Articles consultés récemment

J'ai appris un truc en informatique

J'utilise Firefox, et comme je suis fainéante, je garde l'historique des formulaires. Comme je suis étourdie, parfois, il m'arrive de me tromper dans le remplissage du dit formulaire. Par ignorance, je gardais mon menu déroulant des formulaires s'allonger. Dans un canard, j'ai trouvé l'astuce pour effacer les indésirables. Vous souhaitez remplir un formulaire, par exemple, quand vous mettez un commentaire, sur mon blog, mais vous vous avez fait une étourderie. Dans le menu déroulant des formulaires, vous sélectionnez le formulaire que vous voulez viré. Vous appuyez, en même temps sur la touche majuscule et supprimer. Cette méthode fonctionne aussi pour chrome. Pour plus d'info vous pouvez suivre ce lien : http://support.mozilla.org/fr/kb/auto-completion-formulaires#w_utiliser-lauto-complaetion-des-formulaires

Il m'en faut peu des fois

Trou­ver une boîte exac­te­ment comme je veux, et que mon micro remar­che nor­ma­le­ment. Bonne jour­née à tous.

Masque

Sue le quai du métro, je trouvais que cette jeune femme se tenait bizarrement, ses mains en permanence devant la bouche, je me suis aperçue qu’elle n’avait pas de masque. Je suis allée la voir, je lui en ai donné un, j’en ai toujours dans mon sac à dos. Plus d’un an après, on peut oublier son masque.

Women in black

Je les ai aperçues dans la rue. Toutes les deux ont les cheveux noirs coupés courts. Toutes les deux sont habillées en noir, pantalon, pull, vestes trois-quarts. Toutes les deux ont un look austère. Il est évident qu’elles forment un couple. J’entre dans le magasin pour faire mes courses. Je les perds de vue, toutes les deux. Puis, j’entends une voix douce dire : « mon amour, c’est un fond, là-bas. » Le contraste de la voix avec l’austérité de leur look m’a ému. Nous ne nous sommes pas toujours ce que nous paraissons.