Notre bulle de protection (suite)

La bulle aurait une épaisseur différente
selon les parties de notre corps,
comme l'étaye Ed
dans un commentaire sur la note précédente.

Commentaires

1. Le jeudi 31 mai 2012, 09:31 par mirovinben

Personnellement, je vois cette bulle comme une tenue de cosmonaute, plus ample au niveau de la tête, près du corps pour le reste. Ce qui expliquerait qu'être dans une foule n'est pas totalement rédhibitoire (même si je n'aime pas la cohue).

2. Le jeudi 31 mai 2012, 13:35 par C&C

Je suis assez d'accord, et ça doit avoir un rapport avec la quantité de vêtements, de couches protectrices. Par exemple, en été, j'aime encore moins le contact physique avec la foule. Ma bulle de protection doit donc aussi être une question épidermique, sans parler de l'odorat...

3. Le jeudi 31 mai 2012, 14:20 par Cristophe

la bulle n'est pas dans la tête ?

4. Le jeudi 31 mai 2012, 14:31 par Cunégonde

Oui, j'image ma bulle comme celle de Mirovinben. C&C, les odeurs sont pour moi soit attirantes (nous pourrons un jour discuter du degré d'attirance), soit un bon répulsif (pas besoin de discuter du degré de répulsion). Bref, une odeur ne me laisse jamais indifférente.
Christophe, tout est dans la tête.

5. Le jeudi 31 mai 2012, 16:25 par Ed

J'ai un métier où je dois de plus en plus protéger ma "bulle", au rique de passer pour une vieille râleuse, mais circuler dans les couloirs d'un lycée prévu pour 800 mais contenant aujourd'hui quasiment 1200 élèves me provoque des arrivées en cours de plus en plus pénibles, et il est vrai encore plus l'été que l'hiver !
Mais ce sont rarement eux qui me parlent si près que je sens leur souffle, plutôt certains collègues masculins.

6. Le jeudi 31 mai 2012, 16:35 par Cunégonde

J'ai un métier où il m'arrive d'être obligée de me mettre physiquement à distance de mes congénères.

7. Le jeudi 31 mai 2012, 21:43 par C&C

Tout est dans le rapport tête/sens, d'où les variantes de la bulle, à mon avis (je dis ça à cause du com de christophe).

8. Le jeudi 31 mai 2012, 22:31 par Cunégonde

Je plussoie.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : https://www.banalitescunegonde.fr/trackback/717

Fil des commentaires de ce billet

Articles consultés récemment

À côté de...

En allemand, nous ne pouvons pas être à côté de la plaque, juste à côté de nous même. Je trouve cela plus approprié, car nous n'avons pas toujours une plaque pour être à côté d'elle.

Une heure d'avance

Je vais au cinéma voir Arthur. Je suis fatiguée. Une migraine et une de mes bestioles m'ont réveillée à 3h40, sans que je puisse vraiment me rendormir. Ma sieste fut courte et interrompue encore par la même bestiole ! Certaine de l'heure, je me lève, je m'habille, je prends le métro. Je retire ma place à une borne. Je suis devant deux personnes. L'agent d'accueil leur explique qu'elles ont une heure d'avance. Ils restent incrédules, et regardent plusieurs fois leurs montres. Je me demande comment il est possible d'être autant en avance, quand même ! Mon tour arrive, je tends ma place au même agent d'accueil. Je remarque sa tête incrédule. Je l'entends me dire : « mais vous aussi, vous avez une heure d'avance ! »

Dimanche 98

Si vous cliquez sur les photos, elles s’agrandissent. Il faut bien que je fasse un jeu de piste, dans le 18ième, pourvoir sa tombe.

Seydou Keïta

Je suis allée, au Grand Palais, voir l’expo. Ses portraits sont si doux, sa simplicité si parfaite, qu’ils leur donnent une telle puissance que j’en étais émue.